Toute l'actu en bref

Si les sanctions paraissent peu élevées, le président du tribunal a eu des mots très durs à l'égard de ces professionnels de l'armée, tout particulièrement envers le principal accusé, un lieutenant-colonel.

Keystone/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Le Tribunal militaire 2 a libéré les cinq cadres de l'armée de la plupart des accusations qui leur étaient reprochées vendredi à Yverdon-les-Bains (VD). Il a prononcé un acquittement et quatre peines de 30 à 120 jours-amendes avec sursis.

Si les sanctions paraissent peu élevées, le président du tribunal a eu des mots très durs à l'égard de ces professionnels de l'armée, tout particulièrement envers le principal accusé, un lieutenant-colonel. Ce dernier a écopé d'une peine de 120 jours-amendes à 200 francs, plus une amende immédiate de 2000 francs.

Pour le président, le chaos administratif dans la gestion des munitions de tir justifiait une condamnation et pas une simple sanction disciplinaire. Ces pratiques n'auraient jamais été admises dans un service de milice, a-t-il dit.

ATS

 Toute l'actu en bref