Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un ancien responsable de la Caisse de pension du canton de Zurich (BVK) et cinq autres personnes ont été inculpées de corruption, a indiqué lundi le Ministère public du canton de Zurich. L'ancien cadre aurait illégalement touché environ 1,67 million de francs.

L'ancien responsable du secteur des placements de la BVK est accusé de corruption passive et de gestion déloyale. Entre 2000 et 2010, il aurait reçu de l'argent et bénéficié de privilèges (voyages et dîners gastronomiques) de cinq sociétés partenaires de la BVK.

Il est aussi reproché à l'ancien cadre d'avoir fait perdre 43,5 millions de francs à la BVK dans le cadre des mesures d'assainissement de la caisse en 2001 et 2002 au profit de BT&T Timelife, une société de participations.

Accusations rejetées

Le fondateur et patron de BT&T Timelife, Walter Meier, est aussi inculpé. Il est accusé d'avoir remis à l'ancien cadre de la BVK 121'700 francs en argent liquide entre octobre 2000 et fin 2001. Walter Meier rejette les accusations portées contre lui.

Un ancien membre du conseil d'administration d'une société de participations et le patron de Lehmann Partners AG sont aussi inculpés. Ils sont accusés de corruption pour avoir versé 200'000 et 863'000 francs à l'ancien cadre de la BVK.

Le patron d'Argus Finanz SA est lui aussi inculpé pour corruption et instigation à la gestion déloyale. Il aurait donné 180'000 francs à l'ancien cadre de la BVK et lui aurait aussi permis de bénéficier d'avantages financiers.

Toujours en détention

L'ancien directeur de DL Investment Partners AG est inculpé pour corruption. En raison du risque de fuite et de collusion, il est toujours en détention. Il aurait fourni des avantages financiers à l'ancien responsable de la BVK et lui aurait promis 300'000 francs.

L'affaire de la BVK a éclaté avec l'arrestation de l'ancien responsable du secteur des placements de la caisse au printemps 2010. Le procureur général du canton a ordonné une enquête. Une commission d'enquête parlementaire a été constituée.

ATS