Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

UBS se trouve dans la collimateur des autorités japonaises. Le gendarme des marchés financiers accuse un ex-courtier d'UBS Securities Japan, unité du numéro un bancaire suisse active dans le négoce d'actions, d'avoir tenté de manipuler le taux d'intérêt interbancaire.

Les opérations du trader avaient pour objectif de profiter des fluctuations du taux de référence dans le négoce de produits dérivés. La commission de surveillance pour les questions de sécurité du négoce reproche également à UBS de ne pas avoir remarqué les activités suspectes du courtier.

L'autorité japonaise évoque un "sérieux problème" en matière de contrôle interne chez UBS. L'ancien collaborateur du numéro un bancaire helvétique a ensuite aussi oeuvré au sein de l'établissement américain Citigroup, activité dans laquelle il est également soupçonné avec un groupe de collègues d'avoir manipulé des cours. La commission a recommandé aux autorités compétentes de sanctionner les deux instituts.

UBS a confirmé les reproches soulevés par les autorités japonaises, ajoutant que l'établissement prenait très au sérieux les résultats de l'enquête. La banque a aussi indiqué collaborer étroitement avec les enquêteurs.

ATS