Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un ancien sous-directeur de la BCV a été condamné mardi à 24 mois d'emprisonnement avec sursis pour gestion déloyale aggravée, abus de confiance et faux dans les titres. Il accordait des prêts contraires aux intérêts de la banque, lui causant un préjudice de 4,5 millions de francs.

La peine retenue par le Tribunal correctionnel de Lausanne est inférieure aux 34 mois requis par le Ministère public, car certaines infractions sont prescrites. Trois complices bénéficiaires de ses largesses ont été condamnés à des peines allant de 6 mois ferme à 30 jours-amende.

Selon le jugement, la culpabilité de l'ex-banquier est "extrêmement lourde". Il "a trahi la confiance de son employeur pour satisfaire son égo démesuré". Il s'est "considérablement enrichi aux dépens de ses victimes" doublant son salaire sur certaines années.

Opérations frauduleuses

L'homme a travaillé au sein de la Banque cantonale vaudoise (BCV) de 1993 à 2002. Dans le cadre de ses fonctions, il pouvait décider quasi-librement des crédits à octroyer à ses clients. Entre 1995 et 2001, il a permis à certains clients d'obtenir indûment des crédits.

Il a notamment surévalué les garanties fournies à l'appui de demandes de crédit. Il a également exagéré les prix d'achat de biens immobiliers que souhaitaient acquérir certains clients, et communiqué de fausses informations sur la part de fonds propres de ses clients aux services internes de la banque.

Il a aussi utilisé ou autorisé l'utilisation de crédits à d'autres fins que celles mentionnées dans les protocoles de crédit. En contrepartie aux opérations effectuées, il s'est vu remettre des commissions qui auraient totalisé au moins 385'000 francs.

ATS