Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les slogans xénophobes publiés sur le site internet de la section UDC de Widen (AG) font désormais l'objet d'une plainte contre inconnu. Par ce biais, un avocat lucernois entend inciter le Ministère public à aller jusqu'au bout de la procédure.

Les violations de la norme pénale contre le racisme sont poursuivies d'office, sans qu'une plainte ne soit déposée. "En tant qu'avocat, je sais bien que les délits poursuivis d'office sont traités différemment lorsqu'un avocat dépose plainte", explique mardi à l'ats l'auteur de la plainte, Yetkin Geçer.

Il estime que les conditions sont données dans le cas de l'UDC de Widen pour soupçonner de discrimination raciale les responsables de la publication des slogans xénophobes. Ne sachant pas qui est l'auteur des faits, il a déposé plainte contre inconnu.

Dans la plainte, dont l'ats a reçu copie, l'avocat d'origine turque réclame une peine pécuniaire ou allant jusqu'à trois ans de prison. Pour lui, le fait que des Turcs soient insultés dans l'un des slogans n'a pas été déterminant dans sa démarche. Son but est plutôt de rappeler à "l'un des plus importants partis de Suisse qu'il doit respecter le droit et la loi".

Violation de la loi

Lundi, le journal gratuit alémanique "20 Minuten" a révélé l'affaire des slogans xénophobes, retirés entretemps du site internet de la section UDC de Widen. On pouvait par exemple y lire une phrase combinant les mots "sauber" et "Türken". Toutes les lettres étaient écrites en minuscules sauf "SAU" et "TÜRKEN", faisant lire automatiquement l'équivalent français de "cochons de turcs".

Le logo officiel de l'UDC se trouvait juste à côté des slogans. La section cantonale argovienne du parti, ainsi que l'UDC Suisse se sont distanciées des propos publiés.

La Commission fédérale contre le racisme a décidé d'écrire une lettre à l'UDC Suisse pour lui demander comment elle compte éviter que de tels propos ne soient reconduits à l'avenir. Selon elle, les slogans de Widen violent vraisemblablement la loi.

ATS