Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

On peut gagner la Ligue des Champions deux années de suite ! Le Real Madrid en a fait l'éclatante démonstration à Cardiff.

Une année après son succès aux tirs au but à Milan contre l'Atletico Madrid, la formation de Zinédine Zidane s'est imposée 4-1 devant la Juventus. Les Madrilènes coiffent la douzième couronne de leur fabuleuse histoire. Cette finale rend encore plus grand leur entraîneur et leur buteur Cristiano Ronaldo. Au Millenium Stadium, CR7 a tout simplement inscrit les 599e et 600e buts de sa carrière.

Déjà décisif en quart de finale contre le Bayern Munich et en demi--finale face à l'Atletico, le Portugais a sans doute gagné un cinquième Ballon d'Or samedi à Cardiff. A 32 ans, il demeure un attaquant et un buteur exceptionnels. Avec le recul, on doit se dire que son absence le 6 septembre dernier lors du Suisse - Portugal de Bâle, cette rencontre remportée 2-0 par la Suisse pour le compte du tour préliminaire la Coupe du monde 2018, fut une aubaine.

La contribution de Zinédine Zidane dans ce succès fut également sans prix. Le Français a su parfaitement gérer le temps de jeu de Cristiano Ronaldo ces dernières semaines avant ce rendez-vous suprême de Cardiff. Par ailleurs sur le plan tactique, il a su parfaitement réagir après la pause. Empruntés lors des quarante-cinq premières minutes, les Madrilènes ont laissé le frein à main aux vestiaires pour donner la leçon à la Juventus. On croyait les Piémontais très forts. A Cardiff, ils ont peut-être compris pourquoi ils ne gagnaient plus cette Ligue des Champions depuis vingt-et-un ans. Mais deux ans après leur échec sur le fil à Berlin contre le FC Barcelone, Gigi Buffon et ses coéquipiers sont tombés de très haut à Cardiff. Cette cinquième défaite de rang en finale fut la plus cuisante. Resté sur le banc, Stephan Lichtsteiner aura eu au moins la consoloation de ne pas la vivre "en direct" sur le terrain.

Trois minutes pour un K.O. parfait

Moins de trois minutes ont suffi au Real Madrid pour forcer la décision. Après une première période délicate, les nouveaux Champions d'Espagne ont réussi le K.O. parfait après l'heure de jeu. A la 61e minute, une frappe de Casemiro déviée par le malheureux Khedira permettait au Real de reprendre l'avantage au score. Et à la 64e minute, Cristiano Ronaldo frappait à nouveau. Il surgissait au premier poteau pour reprendre un centre de Modric et crucifier Gigi Buffon. La messe était dite. Au final, elle était encore rendue plus belle avec le 4-1 à onze contre dix après l'expulsion de Cuadrado signé par Asensio, cet espoir couvé par Zinédine Zidane qui sera très fort demain.

La 104e réussite de Cristiano Ronaldo en Ligue des Champions pour l'ouverture du score (20e) et une réussite extraordinaire de Mario Mandzukic pour l'égalisation (1-1): le scénario de la première période a parfaitement répondu aux espérances du public de Cardiff. Cette finale 2017 de la Ligue des Champions pouvait bien être celle de tous les superlatifs.

Dominé dans le jeu en début de match avec notamment cette frappe de Pjanic qui a contraint Navas à un arrêt de classe (6e), le Real Madrid a eu le bonheur de marquer sur sa première véritable offensive. Elle avait été enclenchée par Kroos avec la participation de Benzema et de Carvajal avant la conclusion de Ronaldo. "Monstre" de sang-froid, le Portugais armait une frappe enroulée que Bonucci a peut-être effleurée pour ne laisser aucune chance à Buffon.

Mandzukic comme Shaqiri

Menée au score par une équipe très "italienne" dans le domaine du réalisme, la Juventus n'a pas eu le temps de vraiment douter. Sept minutes après le but de Ronaldo, Mandzukic égalisait sur un retourné, après un contrôle de la poitrine s'il vous plaît presque venu d'ailleurs. Tout aussi beau que celui de Xherdan Shaqiri l'an dernier contre la Pologne, un Shaqiri qui était, du reste, son grand copain lors de leurs années communes au Bayern Munich. Servi par Higuain, le Croate réussissait l'impossible sur cette action. Aidé en partie par le manque d'envergure de Navas. Un grand gardien peut-il être lobé ainsi sur ce tir ?

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS