Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un tableau de Paul Cézanne dérobé en 2008 à la Collection E.G. Bührle de Zurich, d'une valeur de près de 100 millions de francs, a été retrouvé mercredi soir en Serbie. La police a arrêté quatre suspects. Des agents et un procureur zurichois ont participé à l'opération.

Le tableau "Garçon au gilet rouge", qui date de 1888-90 et mesure 80 centimètres sur 64, a été formellement identifié jeudi. Le directeur de la Fondation Bührle Lukas Gloor s'est rendu à Belgrade pour authentifier l'oeuvre, indique le Ministère public zurichois.

L'une des personnes arrêtées a directement participé au vol en compagnie d'inconnus, tandis que les trois autres ont aidé à l'organisation du vol, a précisé le procureur.

Les journalistes présents à la conférence de presse ont pu voir le tableau ainsi qu'un film tourné par la police lors de l'arrestation des quatre suspects. Le tableau a été retrouvé dissimulé derrière la tapisserie du toit d'une voiture.

Deux ans d'enquête

Le procureur a ajouté que l'enquête a duré deux ans et que le tableau a pu être découvert en suivant la piste d'un acheteur qui était prêt, pour l'obtenir, à payer trois millions d'euros, montant déjà versé en grande partie aux malfaiteurs. Lors de l'arrestation, la police a saisi des armes et munitions ainsi qu'un montant de 1,5 millions d'euros.

La peinture avait été dérobée lors d'un casse spectaculaire à la Collection E.G. Bührle le 10 février 2008. Trois hommes masqués s'étaient introduits dans le musée zurichois et en étaient ressortis dix minutes plus tard avec quatre tableaux de grande valeur.

Encore une oeuvre disparue

Deux des oeuvres volées avaient été retrouvées la semaine suivante dans une voiture garée dans le parking de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich. Ensemble, "Champ de coquelicots près de Vétheuil" (1879) de Claude Monet et "Branches de marronnier en fleurs" (1890) de Vincent van Gogh, valent 70 millions de francs.

Seule une des oeuvres volées reste encore disparue. Il s'agit de "Ludovic Lepic et ses filles" (1871) d'Edgar Degas.

ATS