Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un café à chat de Tokyo, où les clients peuvent venir se relaxer en caressant quelque félin et en se laissant bercer par les ronronnements, a été perquisitionné. L'établissement a ensuite reçu l'ordre de fermer ses portes pour maltraitance des animaux.

Les autorités avaient été alertées par des plaintes faisant état d'odeurs nauséabondes provenant de l'établissement.

Le "Neko no Te" ("la patte du chat"), un des nombreux cafés à chat de la capitale nipponne, a reçu la visite des autorités après une multiplication rapide des félins, qui ont commencé à donner des signes de mauvaise santé, ont indiqué vendredi des responsables officiels de la ville de Tokyo.

Maints avertissements

Une porte-parole des services de santé de la mégapole a indiqué que l'établissement avait à maintes reprises reçu des avertissements concernant l'hygiène et que les autorités avaient fini par perdre patience, lui retirant sa licence pour 30 jours.

"Nous avons émis plusieurs demandes, mais n'avons constaté aucune amélioration", a-t-elle ajouté. "Les lieux n'étaient pas nettoyés correctement et commençaient à sentir très mauvais", a-t-elle ajouté. "Conformément aux lois sur le bien-être animal, nous avons été obligés d'ordonner sa fermeture".

Les inspecteurs ont trouvé 60 chats dans une pièce de 30 mètres carrés, alors que le café s'était engagé à n'en avoir que 10. Le manque de cages a conduit les animaux à se multiplier, a expliqué la porte-parole.

Tokyo compte au moins 58 cafés à chat ainsi que des cafés, où les clients peuvent partager une boisson avec des lapins, des chèvres ou même des chouettes.

ATS