Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le dessinateur de presse honoré à Genève a été détenu pendant plusieurs mois avec plusieurs de ses collègues après le coup d'Etat avorté contre le président turc Recep Tayyip Erdogan en 2016 (archives).

KEYSTONE/AP/EMRAH GUREL

(sda-ats)

Le dessinateur du quotidien turc Cumhuriyet, détenu pendant des mois après le coup d'Etat avorté de 2016, a été récompensé du Prix international du dessin de presse de la Ville de Genève. Interdit de quitter son pays, Musa Kart s'est dit "fier" dans une vidéo jeudi.

Remis tous les deux ans depuis 2012 à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, ce prix est piloté par la fondation suisse Cartooning for Peace (Dessins pour la Paix, ndlr). Le jury présidé par le directeur de l'ONG Human Rights Watch Kenneth Roth a choisi Musa Kart, 64 ans, notamment pour "son courage dans la défense de la liberté d'expression".

Les dessinateurs de presse sont "dangereux" pour les régimes autoritaires, a souligné ce président à Genève. Accusé d'"association avec une organisation terroriste", Musa Kart a démenti faire partie ou soutenir tout groupe extrémiste. Il avait été détenu pendant plusieurs mois avant d'être relâché. Jeudi dernier, le tribunal de Silivri, près d'Istanbul, l'a condamné à trois ans et neuf mois de prison.

Une quinzaine de ses collègues se sont aussi vu infliger de lourdes peines. Ils n'ont pas été écroués en attendant la procédure d'appel. Mais ils restent soumis à un contrôle judiciaire et à une interdiction de quitter le territoire.

Epouse et fille à Genève

"Les personnes qui n'aiment pas mes dessins n'aiment pas non plus le scénario d'une rencontre avec vous", a déploré dans la vidéo Musa Kart, diffusée à Genève en présence de son épouse et de sa fille. Il a dédié ce prix au directeur de Cumhuriyet, également arrêté, et à tous les autres journalistes détenus. "Des millions de personnes vont entendre parler" de ce prix, a estimé de son côté sa fille. Y compris celles qui ont du pouvoir.

Le dessinateur genevois Patrick Chapatte, vice-président de Cartooning for Peace dont le président d'honneur est l'ex-secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, a salué la liberté du travail de Musa Kart qui est "un remarquable artiste". Celui-ci "est témoin mais surtout victime de la dégradation de la liberté d’expression en Turquie" en raison de ses critiques contre le gouvernement, affirme de son côté le Français Plantu qui avait lancé la Fondation.

Une exposition, inaugurée jeudi et prévue pendant un mois, aborde trois thématiques dont celle des "fake news". Elle montre des dessins de Musa Kart mais aussi d'une trentaine d'autres artistes.

Assistance attendue

Le Prix du dessin de presse a lui été attribué pour la quatrième fois. L'un des précédents lauréats, le Syrien Hani Abbas, s'est lui vu accorder l'asile en Suisse. Il habite à Genève.

Un autre, le Malaisien Zunar, pourrait toujours se voir infliger plus de 40 ans de prison. Son procès "est toujours repoussé", selon M. Chappatte. Le prix a été relayé en Malaisie mais Zunar, désormais interdit de territoire, le trouve important pour la discussion.

Celui-ci a été accompagné par le Fonds de soutien lancé par Cartooning for Peace. Patrick Chappatte a promis que le cas de Musa Kart serait suivi. D'autres parmi leurs homologues bénéficient également de ce soutien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS