Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police thaïlandaise, forte de 200'000 hommes, est connue pour sa corruption et le fait qu'on doive payer des pots de vin même pour y entrer (photo prétexte).

KEYSTONE/EPA/RUNGROJ YONGRIT

(sda-ats)

Un chauffeur de taxi thaïlandais a soutiré de l'argent à des policiers en se faisant passer pour leur chef sur les réseaux sociaux. Il a mis en lumière, bien malgré lui, leurs pratiques de corruption pour obtenir de l'avancement.

Le chauffeur avait créé un faux profil sur Line, réseau social très populaire en Thaïlande, d'un haut responsable de la police, Surachate Hakparn. Il a ensuite utilisé ce compte pour soutirer, contre des promesses d'avancement, de l'argent à plusieurs officiers de police, aujourd'hui inquiétés par la justice.

Au total, six d'entre eux ont versé plus de 125'000 francs, croyant s'adresser à celui qui est le numéro deux de la branche de la police en charge de la protection des touristes. Le chauffeur de taxi de 45 ans a finalement été interpellé lundi à Bangkok et mis en examen pour fraude.

Les six officiers de police risquent à la fois des poursuites criminelles et des mesures disciplinaires. "Afin de donner l'exemple, ils seront mis en examen. La police doit travailler pour le public et il ne devrait pas y avoir de corruption liée aux nominations", a assuré Surachate Hakparn, le haut responsable de la police dont l'identité a été usurpée.

La police thaïlandaise, forte de 200'000 hommes, est connue pour sa corruption et le fait qu'on doive payer des pots de vin même pour y entrer. La police est notamment accusée régulièrement de monnayer sa protection, des bars de nuit aux marchands ambulants.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS