Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un civil de la MINUAD enlevé au Darfour

El Facher - La Mission des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour a annoncé qu'un membre civil expatrié de la MINUAD avait été enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi dans cette province de l'ouest du Soudan. Jeudi, l'armée soudanaise a attaqué des positions rebelles dans la région.
Cet enlèvement est intervenu quelques heures avant l'arrivée mouvementée dans la région d'une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU venue soutenir les efforts de paix au Soudan.
"Aujourd'hui, dans la soirée, des hommes en armes ont fait irruption dans la résidence du personnel de la MINUAD dans le centre d'El Facher. Deux membres du personnel ont été ligotés et mis sur le côté, et deux autres ont été obligés de suivre les hommes armés dans un véhicule de la MINUAD", a indiqué le porte-parole de cette force mixte, Kemal Saifi.
"Un homme s'est échappé et un second est toujours porté manquant", a-t-il aussi ajouté.
Le civil enlevé, a dit sans plus de précision le porte-parole, n'est pas de nationalité soudanaise.
Ces derniers mois, des militaires de la MINUAD et des travailleurs humanitaires ont été la cible d'une vague d'enlèvements au Darfour attribués souvent à des bandes de jeunes gens à la recherche de rançons.
Vingt-deux soldats de la paix et travailleurs humanitaires ont été enlevés au Darfour depuis le premier rapt d'un étranger en mars 2009. Jusqu'ici, toutes les personnes enlevées ont fini par recouvrer la liberté indemnes.
Jeudi, l'armée soudanaise a elle attaqué des positions rebelles au Darfour quelques heures avant l'arrivée d'une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU dans le territoire.
L'avion des émissaires de l'ONU, parmi lesquels figure la représentante permanente des Etats-Unis auprès des Nations unies, Susan Rice, s'est posé dans l'après-midi à El Facher, capitale de l'Etat du Nord-Darfour à 160 km au nord-est du lieu de l'attaque.
Une foule d'habitants scandant des slogans favorables au président soudanais Omar Hassan el-Béchir, inculpé de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour par la Cour pénale internationale (CPI), a accueilli la délégation à l'aéroport.
Les manifestants ont tambouriné sur les flancs de l'autobus transportant les délégués jusqu'au QG local de la MINUAD.
La guerre au Darfour, limitrophe de l'est du Tchad, a éclaté en 2003 lors des insurgés, pour la plupart n'appartenant pas à des tribus arabes, ont pris les armes contre le gouvernement de Khartoum en accusant le pouvoir de négliger leur région. Une série de cessez-le-feu, de pourparlers et de campagnes internationales n'ont pas permis de mettre fin aux violences et aux exactions à grande échelle.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.