Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un collégien de 13 ans, grièvement blessé vendredi matin après une altercation dans un collège à Rennes, en Bretagne, est décédé samedi des suites de ses blessures, selon le parquet. Les autorités françaises ont présenté des excuses pour avoir annoncé sa mort prématurément.

La confusion régnait depuis vendredi soir sur l'état de santé de l'adolescent à la suite de l'annonce prématurée de son décès. Le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a exprimé dans la nuit de vendredi à samedi "ses regrets les plus vifs", ainsi que ceux du ministre de l'Éducation Vincent Peillon, pour avoir "annoncé à tort" le décès du collégien, évoquant des "informations erronées".

Auparavant, le chef du gouvernement avait expliqué dans un communiqué avoir appris "avec une grande tristesse" le décès de ce garçon de 13 ans survenu à la suite d'une bagarre dans la cour de récréation d'un collège de Rennes. Or, l'adolescent était "toujours entre la vie et la mort", avaient par la suite indiqué les services hospitaliers.

Enquête ouverte

Le procureur en charge du dossier a précisé samedi qu'une enquête sur les circonstances de cette bagarre a été ouverte. L'altercation a opposé vendredi "deux élèves ordinaires", et l'un des deux protagonistes "ne s'est pas relevé", a précisé l'académie de Rennes. Ces deux élèves sont arrivés dans cette institution à la rentrée 2011.

Le collège de Cleunay "est un établissement à taille humaine, calme, sans difficulté particulière", a ajouté l'académie, tout en précisant que les motifs de la dispute n'étaient pas clairs.

ATS