Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les médias en ligne ont le droit de ne pas publier ou de supprimer par la suite certains commentaires. Mais pas d'exclure totalement des utilisateurs, selon le Conseil suisse de la presse (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les médias en ligne ont le droit de ne pas publier ou de supprimer certains commentaires après leur publication. Mais pas d'exclure totalement des utilisateurs. C'est ce qu'a décidé le Conseil suisse de la presse dans une prise de position publiée vendredi.

Ce faisant, le droit à la liberté d'opinion serait limité de manière fondamentale et systématique. Selon le Conseil de la presse, cela est justifiable seulement dans de rares exceptions.

En règle générale, la restriction doit être proportionnée. Les organes de presse doivent soigneusement évaluer leur propre intérêt par rapport à leurs devoirs journalistiques, peut-on lire dans la prise de position.

Dans un cas spécifique, l'auteur d'un commentaire sur le journal en ligne alémanique Infosperber a porté plainte auprès du Conseil de la presse: parallèlement à son commentaire, tout son son compte d'utilisateur a été supprimé.

Pour Infosperber, cette mesure était nécessaire: les commentaires postés ne sont examinés que par la suite et les moyens manquent pour passer en revue les commentaires au contenu potentiellement inapproprié. Selon le Conseil de la presse, cet argument ne justifie toutefois pas la suppression du compte.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS