Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A l'origine du groupe des red Hot Chili Peppers, Flea, à gauche, et Anthony Kiedis débordent encore d'une belle énergie. Mardi soir, ils n'ont toutefois pas réussi à enflammer Paléo.

KEYSTONE/EPA KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

Pour sa première soirée mardi, Paléo accueillait les Red Hot Chili Peppers sur la grande scène. Une prestation parmi les plus attendues du festival nyonnais. Mais le groupe pimenté n'a pas enflammé la plaine de l'Asse.

A l'heure de présenter la programmation de cette 42e édition, les organisateurs ne cachaient pas leur joie. Les Red Hot Chili Peppers allaient enfin se produire à Nyon (VD). Un événement considéré comme "l'un des plus excitants" de cette cuvée 2017.

Pourtant mardi soir, le concert du groupe américain de rock teinté de funk et de rap n'a pas été particulièrement excitant. Le quatuor a assuré une prestation correcte alignant plusieurs de ses grands succès à l'image de "Can't Stop" avec lequel il a débuté le concert.

S'en sont notamment suivis "Snow (Hey Oh), "Go Robot", "Californication", "By The Way" ou encore "Suck My Kiss". Une prestation d'à peine 90 minutes qui s'est terminée par le fameux "Give It Away" et des bonds énergiques des artistes sur la scène.

Torpeur

Face à lui, le public qui semblait pourtant n'attendre que ce moment, n'a pas vraiment décollé. Peut-être la torpeur estivale. Peut-être aussi le sentiment d'être face à un groupe bien rôdé, offrant peu de surprises.

Même le torse dénudé du chanteur Anthony Kiedis ou les coups de reins du bassiste Flea n'ont pas fait monter la température. Pourtant les deux quinquas à l'origine du groupe au début des années 80 sont encore habités par une belle énergie. Tout comme Chad Smith à la batterie et le cadet Josh Klinghoffer à la guitare.

Très attendus

Jusqu'ici, les Red Hot Chili Peppers ne s'étaient produits qu'une seule fois en Suisse romande. C'était en 1988 à la Dolce Vita à Lausanne. Mardi, ils n'ont pas manqué de souligner que c'était "un honneur" d'être à Nyon. Reste que ce concert très attendu laisse un brin sur sa faim.

ATS