Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Coupable d'avoir saboté les freins de la voiture d'une locataire, un concierge écope définitivement de dix mois de prison avec sursis. Condamné pour mise en danger de la vie d'autrui, l'homme devra payer 600 francs d'amende et 1000 francs de tort moral.

En juillet 2008, la conductrice de cette voiture avait pris le volant pour rendre visite à sa mère, domiciliée non loin de chez elle, dans le canton d'Argovie. Elle s'était aperçue au premier croisement que les freins ne répondaient plus.

Par chance, elle avait pu se rendre directement chez son garagiste, qui avait constaté que le boyau flexible relié aux freins de la voiture avait été sectionné.

Comme la propriétaire de la voiture avait soupçonné le concierge, en raison d'un conflit qui les opposait depuis plus d'une année, la police avait perquisitionné l'immeuble.

Pas de doutes suffisants

Dans une armoire placée devant l'appartement du concierge, elle avait trouvé le sécateur avec lequel le boyau des freins avait été coupé. Le service scientifique de la police de la ville de Zurich avait ensuite confirmé qu'il s'agissait bien de l'outil qui avait permis de commettre le délit.

Dénoncé, le concierge avait nié toute culpabilité. Il avait affirmé que d'autres habitants de l'immeuble auraient tout aussi bien pu se servir du sécateur, puisque l'armoire était accessible à tous les locataires.

En dernière instance, le TF confirme la condamnation. Il juge qu'il n'y a pas de doutes suffisants qui permettraient d'exclure la culpabilité du concierge.

ATS