Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un congé non payé ne prolonge pas le temps d'essai

Lausanne - Un congé non payé pendant le temps d'essai ne prolonge pas la période probatoire pendant laquelle les employées enceintes ne sont pas protégées contre les licenciements. Le Tribunal fédéral (TF) a donné raison à une jeune mère.
Cette femme avait été renvoyée au début de sa grossesse par son patron, propriétaire d'un café à Genève. Le licenciement était intervenu près de quatre mois après le début du contrat.
L'employeur avait soutenu que le licenciement signifié à l'employée enceinte était valable car il intervenait encore pendant la période d'essai, celle-ci ayant été prolongée par un congé non payé de cinq semaines pris par la future mère pendant la période probatoire.
Argument balayéEcarté par la justice genevoise, l'argument est également balayé par le TF. Pour Mon Repos, le congé non payé accordé à l'employée durant le temps d'essai n'a pas eu pour effet de prolonger la durée du temps d'essai.
Les hypothèses où le contrat de travail est interrompu pendant le temps d'essai sont clairement déterminées par la loi. Celle-ci prévoit une suspension de la période probatoire en raison d'une absence due à la maladie, d'un accident ou de l'accomplissement d'une période de service militaire.
Salaire dûEn revanche, des vacances ou un congé non payé n'ont aucun effet sur la durée du temps d'essai, souligne le TF. Par conséquent, comme le licenciement est intervenu après la période d'essai, il est nul.
L'ex-employeur, qui a dû renouveler son licenciement en tenant compte du délai de protection lié à la grossesse, devra payer à l'ex-serveuse près de 28'000 francs de salaire pour la période allant jusqu'au terme du contrat, qui était arrivé à échéance en septembre 2009. (arrêt 4A_406/2010 du 14 octobre 2010)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.