Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Le Tribunal fédéral (TF) a confirmé la condamnation d'un couple de Zurichois pour traite d'être humain. Profitant de la situation de détresse d'une mère de famille brésilienne, ils l'avaient fait venir en Suisse pour qu'elle se prostitue dans leur bar, à Zurich.
La "mère maquerelle" avait rencontré la jeune femme en 2007 lors d'un voyage au Brésil. Elle l'avait convaincue de venir en Suisse pour s'y prostituer et pouvoir ainsi subvenir à l'entretien de ses deux enfants.
A peine arrivée dans la cité de Zwingli, la Sud-Américaine s'était vu attribuer une chambre et avait travaillé comme péripatéticienne. Au début, elle n'avait pratiquement rien gagné, ses passes servant à rembourser les frais facturés par les patrons, notamment le billet d'avion et les frais de nourriture.
Condamnés pour traite d'être humain, les tenanciers avaient affirmé pour leur défense que la Brésilienne avait agi librement et qu'elle avait su qu'elle venait en Suisse pour s'y prostituer. L'argument ne convainc pas le TF, qui rappelle que le consentement doit être relativisé lorsqu'il émane de personnes qui se trouvent dans une situation vulnérable.
En novembre dernier, le Tribunal cantonal zurichois avait condamné les tenanciers pour traite d'être humain à 360 jours-amende à 30 francs avec sursis ainsi qu'à une indemnité pour tort moral de 3000 francs. Le verdict a été confirmé en dernière instance par le TF.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS