Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La commune espagnole de Roses, en Catalogne, va peut-être devoir renoncer à sa folklorique "poursuite des canards". Une estivante a frappé dimanche à coups de volatile un défenseur des animaux venu filmer l'événement pour dénoncer sa "cruauté".

Lors de cette "empaitada d'anecs", dont la tradition remonte à 1918, une cinquantaine de canards sont jetés à la mer un dimanche du mois d'août, puis rattrapés par des nageurs qui les ramènent à la rive.

Interrogée par un média local, la maire de Roses, Montse Mindan, a proposé de "réaliser une consultation l'an prochain sur ce qu'en pense la population, si elle souhaite maintenir cette fête, une tradition qui va fêter son centenaire dans deux ans".

Dimanche, une jeune femme a frappé avec un canard qu'elle tenait par les pattes la caméra d'un militant qui la filmait. "Continue à maltraiter, je te filme. Un peu d'empathie pour les animaux", affirme le militant sur la vidéo publiée sur la page Facebook de son association.

Pendant ce temps, des militants massés sur la plage scandent "Tu ne ferais pas ça à ton chien", avant d'être évacués par la police.

Dans une pétition publiée sur le site Change.org, l'association Animal Rescue Espana demande à la mairie d'interdire le lâcher de canards ainsi que les lâchers de taureaux, deux fêtes populaires à Roses. Cette pétition a déjà recueilli plus de 10'000 signatures depuis le 14 août.

ATS