Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La vague de chaleur devrait se poursuivre les prochaines semaines (archives).

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

L'été 2017 est en bonne voie pour devenir l'un des plus chauds de l'histoire. Alors que la saison estivale n'en est qu'à la moitié, il fait déjà quatre degrés de plus que la moyenne. Et la situation ne devrait pas changer.

Le Valais enregistre généralement à la même période 26 jours d'été - avec un mercure dépassant les 25 degrés - mais actuellement, il en recense déjà 35, indique vendredi SRF Meteo dans un communiqué. La station météorologique de Sion a même mesuré 17 jours à plus de 30 degrés. La moyenne se situe à sept jours de canicule.

Le Mittelland comptabilise quant à lui 28 jours d'été, contre 17 jours habituellement. De manière générale, le soleil a aussi davantage brillé dans toute la Suisse.

En juin, les valeurs ont dépassé la norme de 15 à 30%, d'après MétéoSuisse. Payerne (VD) a ainsi mesuré 67 heures d'ensoleillement de plus, La-Chaux-de-Fonds (NE) 64, Genève 48 et Sion 32.

A St-Gall, le soleil a même brillé 80 heures de plus jusqu'à la mi-juillet. Et si le temps reste ainsi, les valeurs pourraient même dépasser la norme de 70 à 90%, avance l'Office fédéral de météorologie.

Record historique?

Même si les températures devaient baisser par la suite, il a fait très chaud au regard des années précédentes, note Felix Blumer de SRF Meteo. Mais a priori, la chaleur devrait continuer à être au rendez-vous dans les deux prochaines semaines, voire le prochain mois, précise-t-il à l'ats.

2017 pourrait donc connaître un des étés les plus chauds. Selon MétéoSuisse, il s’agirait du troisième été - du 1er juin au 31 août - le plus chaud, après 2003 et 2015.

La canicule de 2003 occupe en effet toujours la première place du podium. Mais "on ne peut pas exclure que cet été passe en première place suivant les conditions rencontrées fin juillet, puis août", note Marianne Giroud, météorologue chez MétéoSuisse.

ATS