Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Yves Bertossa, premier procureur du canton de Genève, a terminé son enquête visant un ex-gérant de fortune du Credit Suisse accusé d'avoir détourné plus de 100 millions de francs (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Un ex-gérant de fortune du Credit Suisse devra répondre d'escroquerie par métier, de faux dans les titres et de gestion déloyale aggravée devant la justice genevoise. Le montant du préjudice avoisine les 100 millions.

Le premier procureur Yves Bertossa a déposé son acte d'accusation daté du 26 juin, a indiqué jeudi Vincent Derouand, porte-parole du pouvoir judiciaire. Il confirmait une information révélée par Le Temps. Le prévenu, un Français âgé de 54 ans, sera jugé par le Tribunal correctionnel.

Cet ancien banquier, qui était gérant de fortune au Credit Suisse, est détenu depuis janvier 2016 à la prison de La Brenaz en exécution anticipée de peine. Plusieurs perquisitions et commissions rogatoires ont été menées au cours de l'instruction. Au total, 45 audiences ont été nécessaires.

L'ex-gérant de fortune est accusé d'avoir détourné plus de 100 milllions de francs au préjudice notamment de l'ex-premier ministre géorgien Bidzina Ivanishvili et de clients russes. Au total, 80 millions ont été gelés sur des comptes de tiers alimentés par le prévenu avec l'argent de M.Ivanishvili et 20 millions ont été gelés sur les avoirs du prévenu, soit des comptes bancaires et des biens immobiliers, selon M.Derouand.

Date à fixer

Selon des informations du Temps, l'ex-gérant de fortune qui "reconnaît 99,9% des faits" aurait déjoué le système de surveillance du Credit Suisse. L'établissement a découvert la supercherie en septembre 2015. Bidzina Ivanishvili a par ailleurs déposé une plainte pénale au début 2016 contre Credit Suisse accusant la banque de n'avoir pas pris suffisamment de mesures.

La date du procès de l'ex-gérant de fortune n'est pas encore fixée. Le Tribunal correctionnel qui doit être constitué devra prendre connaissance du dossier. Ce tribunal est compétent pour juger des infractions pénales pour lesquelles le Ministère public entend requérir une peine privative de liberté supérieure à deux ans mais ne dépassant pas dix ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS