Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Geddel Vieira Lima, 58 ans, avait démissionné en novembre du poste de secrétaire du gouvernement brésilien après avoir été accusé de trafic d'influence dans une autre affaire (archives).

KEYSTONE/EPA EFE/JOEDSON ALVES

(sda-ats)

La police brésilienne a interpellé lundi l'ex-ministre Geddel Vieira Lima, proche collaborateur du président Michel Temer. L'homme est accusé d'obstruction à la justice.

Il a été placé en détention provisoire lundi en raison de soupçons d'implication dans un scandale de détournement de fonds de la banque publique Caixa Economica Federal.

M. Vieira Lima, 58 ans, avait démissionné en novembre du poste de secrétaire du gouvernement après avoir été accusé de trafic d'influence dans une autre affaire.

Silence d'or

Il est notamment accusé d'oeuvrer en coulisses pour acheter le silence de l'ancien président de la Chambre des députés Eduardo Cunha, aujourd'hui en prison pour son implication dans le scandale de corruption Petrobras. Selon le parquet, l'ancien ministre "avait pour objectif d'éviter qu'Eduardo Cunha ne collabore avec la justice".

Ces accusations contre M. Vieira Lima s'appuient en partie sur les confessions du magnat de la viande Joesley Bastista, auteur d'un enregistrement compromettant pour le président Temer qui a déclenché un véritable séisme politique au Brésil.

Dans cet enregistrement clandestin, le chef de l'État semble donner son accord pour l'achat du silence de M. Cunha.

Corruption passive

La semaine dernière, M. Temer a été formellement mis en accusation pour corruption passive par le procureur général Rodrigo Janot, une procédure inédite pour un président en exercice. Son sort est désormais entre les mains de la Chambre des députés, où doit se dégager une majorité des deux tiers pour qu'il soit jugé par la Cour suprême.

Il est aussi visé par une enquête pour obstruction à la justice et association de malfaiteurs, qui peuvent mener M. Janot à demander d'autres mises en accusation. Dans un entretien à l'hebdomadaire Época, Joesley Batista avait accusé le président Temer de "commander la plus dangereuse organisation criminelle du pays", dont Geddel Vieira ferait aussi partie selon lui.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS