Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des émanations d'un gaz potentiellement dangereux s'échappaient d'oeuvres de Damien Hirst lors d'une exposition à la Tate Modern de Londres en 2012, révèle la publication Analytical Methods. Les oeuvres montraient des animaux morts, préservés dans des réservoirs.

"Il a été découvert que les réservoirs étaient entourés d'émanations de formaldéhyde", un gaz inflammable et cancérigène, affirme une étude dirigée par l'Italien Pier Giorgio Righetti, de l'école polytechnique de Milan, et publiée dans Analytical Methods.

Le problème affectait notamment les oeuvres "Away from the Flock" (1994), un agneau préservé dans une solution de formol, et "Mother and Child (Divided)"(1993), montrant une vache et un veau coupés en deux.

Succès immense

Réagissant à cette découverte, le musée s'est contenté d'indiquer que la sécurité des visiteurs figurait parmi ses priorités. "Nous prenons toutes les précautions nécessaires lorsque nous installons et exposons nos collections", a dit un porte-parole.

Cette exposition avait connu un succès immense. Près de 463'000 visiteurs s'étaient déplacés pour voir les célèbres requins plongés dans le formol ou encore un crâne incrusté de diamants.

Lauréat du Turner Prize en 1995 et emblème du mouvement des "Young British Artists" dans les années 1990, Damien Hirst a longtemps été un "enfant chéri" du marché de l'art avant que sa cote ne faiblisse quelque peu.

ATS