Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Thomas Putallaz a saisi le Ministère public de la Confédération pour escroquerie. En Suisse, il n'y a pas de loi contre l'obsolescence programmée, comme il en existe en France, déplore le politicien.

Keystone/EPA AAP/JOEL CARRETT

(sda-ats)

Le Genevois Thomas Putallaz a déposé une plainte auprès du Ministère public de la Confédération (MPC) contre Apple. Le candidat PDC au Grand Conseil genevois accuse d'escroquerie la firme américaine.

Cette dernière a admis avoir ralenti certains de ses iPhones pour compenser un vieillissement de leur batterie. Apple crée à distance un dysfonctionnement sur ses appareils pour pousser ensuite leurs détenteurs à acheter son nouveau modèle de téléphone, explique M. Putallaz samedi à l'ats, revenant sur une information parue dans la Tribune de Genève. Pour l'homme politique, il s'agit d'un cas d'obsolescence programmée, bien qu'Apple s'en défende.

Thomas Putallaz a saisi le MPC pour escroquerie. En Suisse, il n'y a pas de loi contre l'obsolescence programmée, comme il en existe en France, a-t-il déploré. Le politicien genevois aimerait que les choses bougent dans ce domaine à Berne, que le débat soit lancé et qu'une législation voie le jour.

"Mon iPhone est encore sous garantie et il se décharge très rapidement", a souligné M. Putallaz. Selon lui, le problème de batterie se présente déjà à dix heures du matin. "Il suffit que je fasse une ou deux photos". Le politicien refuse d'aller dans un shop où il serait incité à acheter un nouvel appareil.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS