Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cyclisme - La prochaine édition du Tour d'Italie, qui partira le 5 mai du lointain Danemark, s'annonce "plus humaine" mais laisse la part belle aux grimpeurs avec plusieurs sommets mythiques.
Humain. Le terme est revenu dans la plupart des commentaires lors de la présentation télévisée de la course rose, dimanche après-midi à Milan, en présence des deux derniers vainqueurs, l'Italien Ivan Basso et l'Espagnol Alberto Contador.
Le Giro est désormais dirigé par Michele Acquarone, directeur général de RCS Sport et successeur du bouillant Angelo Zomegnan, qui a passé la main après sept ans à la tête de l'organisation.
Sous Zomegnan, le Giro avait pris une tournure très spectaculaire, notamment au cours des deux dernières années, quitte à s'attirer des critiques pour avoir atteint certaines limites sportives.
Acquarone a mis un peu d'eau dans ce vin. La 95e édition, longue de 3.476,4 kilomètres, s'annonce plus raisonnable mais elle réserve tout de même un final haletant, avec deux grandes étapes de montagne dans les trois derniers jours, à l'Alpe di Pampeago puis au sommet du Stelvio, le col-symbole du nord de l'Italie, à plus de 2700 mètres d'altitude.
La course de la Gazzetta dello sport, "la plus dure du monde dans le pays le plus beau du monde" selon le journal, aura un départ inédit du Danemark, le point le plus au nord de l'Europe dans l'histoire de l'épreuve. Avec, pour conséquence, une journée de repos après seulement trois jours de course, pour que l'ensemble de la caravane rentre en Italie.
Le parcours, éventé par une fuite sur internet, comme celui du Tour de France 2012 qui sera présenté mardi à Paris, comporte sept étapes ouvertement favorables aux grimpeurs. Entre autres celles arrivant à Cervinia (14e), à Cortina d'Ampezzo (17e), à l'Alpe di Pampeago (19e) et au Stelvio (20), qui sera escaladé après le Mortirolo, emprunté par une route encore inédite dans l'histoire de la course.
A part l'ouverture danoise, sur 8,7 kilomètres à Herning, dans le Jutland, et le contre-la-montre par équipes pour l'arrivée sur le sol italien à Vérone, les rouleurs n'auront que le dernier "chrono" milanais, de 31,5 kilomètres, à se mettre sous la dent.
Tour d'Italie 2012. Le parcours:
5 mai, 1re étape: Herning - Herning (clm 8,7). 6 mai, 2e étape: Herning-Herning (206 km). 7 mai, 3e étape: Horsens - Horsens (190 km). 8 mai: transfert et repos. 9 mai, 4e étape: Vérone - Vérone, (32,2 km). 10e étape, 5e étape: Modène - Fano (199 km). 11 mai, 6e étape: Urbino - Porto Sant'Elpidio (207 km). 12 mai, 7e étape: Recanati - Rocca di Cambio (202 km). 13 mai, 8e étape: Sulmona - Lago Laceno (229 km). 14 mai, 9e étape: San Giorgio nel Sannio - Frosinone (171 km). 15 mai, 10e étape: Civitavecchia -Assise (187 km).
16 mai, 11e étape: Assise - Montecatini Terme (243 km). 17 mai, 12e étape: Seravezza - Sestri Levante (157 km). 18 mai, 13e étape: Savone - Cervere (121 km). 19 mai, 14e étpae: Cherasco - Cervinia (205 km). 20 mai, 15e étape: Busto Arsizio - Lecco/Pian dei Resinelli (172 km). 21 mai: repos. 22 mai, 16e étape: Limone sul Garda - Falzes (174 km). 23 mai, 17e étape: Falzes - Cortina d'Ampezzo (187 km). 24 mai, 18e étape: San Vito di Cadore - Vedelago (139 km). 25 mai, 19e étape: Trévise - Alpe di Pampeago (197 km). 26 mai, 20e étape: Caldes/Val di Sole - Col du Stelvio (218 km). 27 mai, 21e étape: contre-la-montre à Milan (31,5 km).

ATS