Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a confirmé sur son compte Twitter que "l'hôpital a été la cible de raids aériens à 15h45 locales (14h45 en Suisse)" (image symbolique).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Des raids ont touché lundi un hôpital dans une zone contrôlée par les rebelles dans le nord du Yémen. Ils ont fait au moins 11 morts dont un membre de Médecins sans frontières (MSF), et 19 blessés, a indiqué l'ONG.

"L'explosion a tué sur le coup neuf personnes, dont un membre du personnel de MSF. Deux autres patients sont morts lors de leur transfert" vers un autre hôpital, a précisé l'organisation dans un communiqué.

La rébellion yéménite avait auparavant fait état d'un bilan de six morts et 20 blessés, évoquant des raids menés par l'aviation de la coalition arabe alliée du pouvoir dans cette zone contrôlée par les rebelles dans le nord du pays.

Washington dénonce

Les Etats-Unis ont dénoncé les attaques qui ont touché l'hôpital, mais sans condamner explicitement la coalition arabe pilotée par l'Arabie saoudite et que Washington soutient.

"Nous sommes profondément préoccupés par des informations concernant une frappe sur un hôpital dans le nord du Yémen (...). Les frappes sur des infrastructures humanitaires, notamment des hôpitaux sont particulièrement inquiétantes", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Elizabeth Trudeau.

Sans montrer du doigt la coalition arabe conduite par Ryad au Yémen, elle a appelé "toutes les parties à cesser immédiatement les hostilités" dans ce conflit.

Interrogée sur l'éventuelle responsabilité de la coalition, la diplomate américaine s'est bornée à préciser que les Etats-Unis restaient "en contact étroit avec les Saoudiens" sur le sujet.

Ventes d'armes à Ryad

Cette attaque sur un hôpital intervient 48 heures après des frappes ayant tué 10 enfants dans ce pays dévasté par la guerre.

Ces bombardements ont eu lieu dans le nord du pays, dans des zones contrôlées par les rebelles houthis qui, alliés avec des soldats restés fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, se disputent le pouvoir avec le président Abd Rabbo Mansour Hadi depuis 2014.

Washington soutient depuis le début du conflit en mars 2015 la coalition pilotée par l'Arabie saoudite, y compris en poursuivant ses ventes d'équipements de défense. La diplomatie américaine exhorte toutefois régulièrement l'allié saoudien à éviter de faire des victimes civiles dans ce conflit dévastateur.

En quelque 18 mois, cette guerre a fait plus de 6400 morts et 30'000 blessés, dont de nombreux civils.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS