Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un retraité de 71 ans a tué avec un revolver son épouse qui se trouvait chez son amant, vendredi soir à Boudry (NE). Il s'est rendu à la police et sera placé en détention provisoire.

"C'est une situation conjugale qui a dérapé", a indiqué samedi matin le procureur Nicolas Feuz lors d'un point presse dans les locaux de la police à Neuchâtel. Il s'agit d'un homicide, voire potentiellement un meurtre.

La victime avait 19 ans de moins que son mari. Ces deux Suisses habitant à Neuchâtel étaient mariés de longue date et ont eu deux enfants âgés de 26 ans et 18 ans. L'époux suspectait sa femme d'avoir un amant.

Vendredi soir, elle sort en prétextant voir des amis. Son mari la suit jusqu'à Boudry et s'approche de la maison dans laquelle elle est entrée. Il pousse le battant d'une fenêtre ouverte qui donne sur la cuisine et le séjour, où se trouvent son épouse et l'amant.

L'amant vient à la fenêtre. Le mari demande à voir sa femme et celle-ci vient à son tour à la fenêtre. Après une brève discussion, il sort un revolver et tire à la poitrine de son épouse.

Aucun signe avant-coureur

Le mari et sa femme n'avaient aucun antécédent judiciaire ni aucun antécédent de violences conjugales. Il n'y avait pas eu de signe avant-coureur, comme des disputes par exemple. L'arme est enregistrée au nom du mari, qui en possède plusieurs et qui est membre d'une société de tir. L'époux et l'amant se connaissaient.

L'auteur de l'homicide a alerté lui-même la police peu avant 23h00 en indiquant avoir tiré sur sa femme. Il s'est montré collaborant. Il a été entendu par la police judiciaire en présence de son avocat, et sera encore auditionné dans la journée par le procureur.

Quatorze intervenants de la police et cinq intervenants des secours se sont rendus sur les lieux du drame. La rue a été fermée durant plusieurs heures. Le corps a été emmené à Lausanne pour une autopsie au Centre universitaire romand de médecine légale (CURML).

ATS