Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un individu voulait attenter à la vie d'Emmanuel Macron le 14 juillet (archives)

KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON

(sda-ats)

Un homme de 23 ans, arrêté mercredi à Argenteuil (Val d'Oise, nord de Paris), aurait indiqué aux enquêteurs vouloir s'en prendre à Emmanuel Macron. Il a été mis en examen et écroué samedi pour entreprise individuelle terroriste, a-t-on appris de source policière.

Cet homme, qui se présente comme un "nationaliste", avait été repéré sur un site de jeux vidéo cherchant à se procurer une arme de type kalachnikov pour commettre un attentat, ce qui a amené la police à l'arrêter à son domicile, a précisé lundi la même source.

Aucune arme à feu n'a été trouvée chez lui. Mais ses propos en garde à vue sur sa volonté de s'en prendre au chef de l'Etat le jour de la fête nationale du 14 juillet, et contre les noirs, les arabes, les juifs et les homosexuels, ont conduit les policiers à le confier à la sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire.

Selon la chaîne RMC, qui a divulgué l'information, ce jeune homme sans emploi et psychologiquement instable avait été condamné en 2016 pour apologie du terrorisme.

Le 14 juillet 2002, un militant néo-nazi avait tenté de tirer sur le président Jacques Chirac avec une carabine 22 LR, alors que le chef de l'Etat parcourait les Champs-Elysées en véhicule découvert.

ATS