Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fusillade a eu lieu au Lebanon Hospital, l'un des plus grands du Bronx.

KEYSTONE/AP/MARY ALTAFFER

(sda-ats)

Un homme a ouvert le feu vendredi après-midi dans un grand hôpital du Bronx, à New York, dans l'est des Etats-Unis, tuant un médecin et blessant six autres personnes. Le tireur, un médecin anciennement employé par l'établissement, s'est ensuite donné la mort.

Parmi les blessés, plusieurs sont grièvement touchés, a indiqué le maire démocrate de New York, Bill de Blasio. Il a écarté l'hypothèse d'un acte terroriste.

La fusillade s'est déroulée peu avant 15h00 (21h00 en Suisse) au Lebanon Hospital, l'un des plus grands du Bronx avec près de 1000 lits, alors que de nombreux patients étaient en consultation. L'établissement se situe sur l'une des artères les plus fréquentées de ce quartier du nord de New York.

Le tireur a pénétré dans l'établissement en blouse blanche, muni d'un fusil d'assaut, qu'il avait apparemment dissimulé sous la blouse, selon les autorités. Il a ensuite semé la panique dans deux étages du bâtiment.

Affaire liée au travail

La police a rapidement bouclé le quartier et encerclé l'hôpital, postant des hommes en armes sur les toits aux alentours et fouillant le bâtiment étage par étage. Le tireur a finalement été retrouvé mort au 17e étage, "après s'être apparemment tiré lui-même dessus", a indiqué le chef de la police.

Une femme médecin morte était allongée non loin de lui. "Dieu merci, ce n'est pas un acte de terrorisme. C'est un incident isolé, une affaire liée au travail. Cela n'en est pas moins tragique ou horrible", a déclaré le maire.

Selon les médias locaux, l'assaillant était un médecin de 45 ans qui avait démissionné en 2015, après avoir été accusé de harcèlement sexuel.

Accès aux armes

Cette nouvelle fusillade dramatique risque à nouveau d'alimenter la controverse sur le contrôle des armes aux Etats-Unis. Bill de Blasio, qui se targue régulièrement de la baisse de la criminalité à New York, y a fait brièvement allusion vendredi, en soulignant que l'incident était "le genre de choses que l'on a vu ailleurs dans le pays".

"Chaque fois que ces choses-là se produisent, c'est un nouveau rappel qu'il faut en faire plus sur la question de l'accès aux armes (...). On ne peut pas continuer à ne rien faire", a estimé un élu démocrate du Bronx, Marcos Crespo, interrogé par New York 1.

La dernière grande fusillade américaine remonte au 14 juin, près de Washington, lorsqu'un homme a tiré sur l'équipe de base-ball formée d'élus républicains du congrès. Quatre personnes, dont le numéro trois de la chambre des représentants, Steve Scalise, avaient été blessées. Le tireur avait été abattu par la police.

ATS