Toute l'actu en bref

L'incendie dans le métro de Hong Kong a fait 17 blessés.

KEYSTONE/EPA APPLE DAILY/APPLE DAILY / HANDOUT

(sda-ats)

Dix-huit personnes ont été blessées vendredi dans un incendie qui a éclaté dans le métro de Hong Kong, ont annoncé les autorités. Un homme a été arrêté pour "acte pyromane". Les autorités excluent toute motivation "terroriste".

Les vidéos de l'incident circulant sur les réseaux sociaux montrent des passagers déboussolés sur le quai de la station Tsim Sha Tsui aux alentours de 19h15, tandis qu'une partie du train est la proie des flammes. Un homme est étendu sur le sol, et des passagers tentent d'éteindre les flammes qui dévorent ses vêtements.

Trois des 18 personnes blessées sont dans un état critique, a indiqué une porte-parole du gouvernement local. "D'après les premiers éléments de l'enquête et les déclarations des blessés, nous pensons qu'un homme a mis le feu à des combustibles", a expliqué le chef-adjoint des pompiers.

Raisons personnelles

Selon lui, certaines victimes ont été gravement brûlées et ont inhalé des fumées toxiques. Un des chefs de la police locale a pour sa part précisé que "les informations, dont nous disposons dans l'immédiat, ne permettent pas de conclure à un acte terroriste ou à une attaque contre les transports publics".

"Nous avons arrêté cette personne pour pyromanie", a-t-il poursuivi, ajoutant que le suspect a agi pour des "raisons personnelles". "Un de mes collègues a emmené l'un des blessés à l'hôpital, et il lui a dit qu'il était impliqué dans l'incendie et qu'il avait lui-même mis le feu".

Une source au sein des forces de police a précisé au journal South China Morning Post que l'homme âgé de 60 ans a dit: "Brûlez jusqu'à la mort", avant d'allumer un cocktail Molotov. "La santé mentale du suspect arrêté est l'une des pistes d'investigations de la police", a déclaré le gouvernement dans un communiqué samedi.

"Un homme était littéralement en feu", a raconté un témoin au quotidien. "Nous ne pouvions rien faire d'autre que de respirer la fumée".

ATS

 Toute l'actu en bref