Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le jeune homme a attaqué à la hache et blessé sept personnes à Flums (SG), dont une partie dans cette station-service, avant d'être arrêté.

KEYSTONE/EDDY RISCH

(sda-ats)

Un Letton de 17 ans a blessé sept personnes lors d'une agression à la hache dimanche soir à Flums (SG). Un bébé a été admis en observation à l'hôpital. Le suspect, qui a été arrêté, était dans le viseur des autorités après avoir exprimé des fantasmes de violence.

Le jeune homme, armé d'une hache, s'en est pris dimanche soir peu après 20h à un couple qui se promenait avec une poussette sur la Postplatz. La première victime, un homme de 36 ans, a été grièvement blessée, a indiqué lundi la police cantonale dans une conférence de presse. L'étendue des blessures de la femme, âgée de 30 ans, n'a pas été communiquée.

Quant au bébé, il n'a pas été attaqué directement par le jeune homme, mais est tombé de sa poussette lors de l'agression. Il se trouve en observation à l'hôpital. D'autres passants ont été légèrement blessés en voulant venir en aide au couple. Il s'agit d'un homme de 72 ans et d'une femme de 59 ans, qui ont déjà pu quitter l'hôpital.

Après l'attaque sur la Postplatz, l'agresseur a pris la fuite avec une voiture volée, celle des passants qui s'étaient interposés. Au volant de cette voiture, il a eu un accident alors qu'il se dirigeait vers le lac de Walenstadt.

Deuxième attaque à la station-service

Il s'est alors rendu à pied vers une station-service où il a renouvelé ses attaques à la hache. Trois femmes, âgées de 21, 27 et 44 ans, ont été légèrement blessées. Attaquées alors qu'elles se trouvaient dans leurs voitures, elles ont pu se mettre à l'abri à l'intérieur de la station-service. Elles sont toujours en observation à l'hôpital.

C'est à la station-service que la police a pu arrêter le jeune homme. Les policiers, alertés par les cris, sont intervenus alors que le jeune homme essayant de s'enfuir en volant une voiture.

Les forces de l'ordre ont dû utiliser des armes à feu et un taser pour le maîtriser. L'adolescent a été blessé grièvement lors de cette arrestation et se trouve actuellement à l'hôpital. Il est toutefois en état d'être entendu. La police l'a placé en détention préventive.

Fantasmes de violence

La police a pu écarter tout acte terroriste et a indiqué que l'agresseur avait agi seul. Ses motifs ne sont pas encore connus.

L'adolescent avait toutefois déjà attiré l'attention des autorités: il avait exprimé des fantasmes de violence. Il y a quatre mois, des éducateurs du Service de l'enfance et de la jeunesse l'avaient signalé, tout comme son école professionnelle.

Une enquête du groupe d'intervention du Service psychologique scolaire avait alors été ouverte et le jeune homme était ainsi étroitement surveillé. Le Ministère public s'était saisi de l'affaire à la mi-septembre, afin de déterminer si le jeune homme représentait un risque pour autrui.

Pas de mesures de contrainte

A la suite de ces enquêtes, les autorités avaient écarté toutes mesures de contraintes à l'égard du jeune homme. "Ce type de mesure n'était pas indiqué", a déclaré devant la presse Stephan Ramseyer, procureur des mineurs. En effet, le suspect n'avait alors jamais formulé de menaces concrètes dirigées contre d'autres personnes, a indiqué le procureur des mineurs.

Au contraire, il n'avait pas manifesté de signes qui auraient laissé présager un passage à la violence. Il n'avait pas attiré l'attention sur lui, tant à l'école qu'à sa place d'apprentissage, a ajouté M. Ramseyer.

Les autorités s'étaient entretenues avec le jeune homme et ses parents, qui s'étaient tous montrés coopératifs. Les discussions portaient notamment sur un éventuel placement en psychiatrie, mais aucune décision allant dans ce sens n'avait été prise.

Début d'incendie

Le jeune homme, né en Lettonie, habite depuis quatre ans en Suisse: il a quitté Riga pour rejoindre ses parents dans le cadre d'un regroupement familial. Il suit un apprentissage.

La police a procédé à plusieurs opérations pendant la nuit de dimanche à lundi. Un hélicoptère a survolé Flums.

En outre, les pompiers sont également intervenus pour un début d'incendie dans la maison du suspect. Les habitants ont eux-mêmes éteint le feu. Le chef adjoint de la police cantonale, Sigi Rüegg, a indiqué ne pas savoir si l'incendie était en lien avec l'attaque qui avait suivi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS