Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Rhénanie-du-Nord-Westphalie continue de traquer les fraudeurs fiscaux. Le Land allemand s'est procuré des données sur des comptes bancaires suisses représentant plus de 100 milliards de francs de dépôts.

Il a transmis des informations à 27 pays pour vérifier si les impôts avaient été acquittés. Ces données figurent sur des CD que le Land a achetés et évalués, a expliqué le ministre des finances Norbert Walter-Borjans. "Nous sommes confrontés à une véritable industrie de l'évasion fiscale", a-t-il déclaré jeudi à Düsseldorf.

"Si les fraudeurs utilisent des canaux internationaux, les services fiscaux doivent également coopérer au-delà des frontières", estime le membre du SPD. Les données obtenues ne concernent pas seulement l'Allemagne, mais également pour des sommes importantes la Grande-Bretagne à raison de plus de 10 milliards de francs ou l'Espagne pour 9,5 milliards.

Le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a acheté ces dernières années pas moins de 11 supports de données bancaires pour un coût total de 17,9 millions d'euros (19,5 millions de francs). La question de savoir si les autorités politiques peuvent acheter de telles données soulève la controverse.

Pas de lien avec les "Panama Papers"

Cette lutte acharnée contre les fraudeurs fiscaux a conduit à une hausse du nombre d'auto-dénonciations. Depuis le printemps 2010, 120'000 citoyens se sont signalés auprès des autorités fiscales engendrant des recettes supplémentaires de quelque 5 milliards d'euros, selon le ministère des finances de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

La transmission de ces informations bancaires n'est pas liée au scandale d'évasion fiscale dit des "Panama Papers, a précisé Norbert Walter-Borjans. Les révélations des dernières semaines ont notamment provoqué la démission du premier ministre islandais et l'ouverture de nombreuses enquêtes.

ATS