Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités pakistanaises ont découvert dimanche le corps décapité d'un médecin britannique qui travaillait pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Il avait été enlevé en janvier à Quetta, dans la province instable du Baloutchistan (sud-ouest du Pakistan).

Le Dr Khalil Rasjed Dale, 60 ans, a été assassiné presque quatre mois après son enlèvement, affirme le CICR dans un communiqué dimanche. Son corps et sa tête ont été retrouvés enveloppés dans un plastique sur le bas-côté d'une route. D'après un haut responsable de la police, les talibans pakistanais ont revendiqué cet acte en évoquant une rançon non versée.

Le CICR "condamne dans les termes les plus forts possibles cet acte de barbarisme", a dit son directeur général Yves Daccord, cité dans le communiqué. "Nous partageons tous, au sein du CICR et de la Croix-Rouge britannique, la peine et la colère de la famille de Khalil et de ses amis".

Le chef de la diplomatie britannique William Hague a lui aussi fait part de son indignation: "S'attaquer à quelqu'un dont le rôle était d'aider le peuple pakistanais est tout aussi absurde que cruel", selon un communiqué.

Comme Daniel Pearl

Ce gestionnaire de programmes de santé avait été enlevé le 5 janvier par des extrémistes présumés alors qu'il regagnait son domicile après son travail à bord d'un véhicule portant le sigle du CICR. Des inconnus armés étaient arrivés à bord d'un 4X4 et l'avaient enlevé, selon un haut responsable de la police de Quetta.

Le médecin britannique est le troisième occidental à périr décapité au Pakistan, après le journaliste américain du "Wall Street Journal" Daniel Pearl en 2002 et un géologue polonais, Piotr Stanczak, en 2009.

Frontalier de l'Iran et de l'Afghanistan, le Baloutchistan est régulièrement le théâtre de rapts, notamment d'étrangers, et secoué par les violences. En cause, des affrontements entre les forces de sécurité et les rebelles baloutches qui réclament l'autodétermination pour la province. La région est également un bastion des talibans afghans et pakistanais.

ATS