Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un meurtre vieux de 23 ans pourrait bientôt être élucidé

Une personne se trouve en détention provisoire dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'un diplomate égyptien, tué en novembre 1995 dans le garage de son immeuble (illustration).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

En novembre 1995, un diplomate égyptien travaillant à Genève avait été abattu de six balles dans les sous-sols de son immeuble du quartier du Petit-Saconnex. Les enquêteurs tiennent aujourd'hui une piste sérieuse, 23 ans après les faits. Un suspect a été arrêté.

Sur la base de nouveaux éléments, la procédure pénale dirigée contre inconnu pour homicide a été rouverte en janvier. Elle a été étendue à une personne qui se trouve actuellement en détention préventive, a fait savoir lundi le Ministère public de la Confédération (MPC), confirmant une information révélée par la Tribune de Genève.

La procédure avait été suspendue en 2009. Les enquêteurs n'étaient en effet arrivés à aucun résultat, malgré un travail d'investigation considérable, qui avait duré de longues années, a rappelé le service de presse du MPC. Ce dernier n'a voulu fournir aucune information supplémentaire sur cette affaire pour l'instant.

Grâce au progrès technologique

Selon la Tribune de Genève, des traces d'ADN avaient été retrouvées sur l'arme du crime, qui avait été abandonnée à proximité du corps de la victime. Grâce à de nouvelles technologies, les enquêteurs ont pu aujourd'hui faire parler cet ADN. Il appartiendrait à un vendeur de voitures résidant en France et connu pour divers larcins.

A l'époque, le meurtre du diplomate avait défrayé la chronique. L'homme de 42 ans travaillait comme conseiller commercial de la mission égyptienne auprès des Nations unies, à Genève. Il avait été tué alors qu'il venait de garer sa voiture dans le parking souterrain de l'immeuble où il habitait et qu'il remontait chez lui.

La victime s'était fait voler son attaché-case et son portefeuille. A l'époque, la piste d'un attentat politique n'avait pas été écartée pour autant. Un groupe islamiste inconnu, portant le nom de "Jamaa de la justice internationale", avait notamment revendiqué l'assassinat du diplomate.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.