Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le rapporteur de l'ONU sur le droit à l'alimentation Olivier De Schutter a invité mardi les gouvernements à taxer les sodas et les aliments à teneur élevée en graisses, sel et sucre. L'obésité est en effet devenue un nouveau fléau mondial.

Plus d'un milliard de personnes dans le monde sont en surcharge pondérale et au moins 300 millions de personnes sont obèses, a déclaré le rapporteur de l'ONU en présentant son texte sur le droit à l'alimentation devant le Conseil des droits de l'homme réuni à Genève jusqu'au 23 mars.

Le surpoids et l'obésité causent 2,8 millions de décès dans le monde. Aux Etats-Unis, les enfants pourraient avoir une espérance de vie plus courte que leurs parents en raison de leurs mauvaises habitudes alimentaires, et les pays en développement sont de plus en plus touchés par ce fléau.

Olivier De Schutter recommande aux Etats d'adopter une réglementation sur la commercialisation des produits alimentaires, "moyen le plus efficace pour réduire la commercialisation des aliments à teneur élevée en graisses, sel et sucre, destinées aux enfants".

Prix dissuasifs

Imposer des taxes sur les boissons (sodas) et les aliments à forte teneur en graisses, sel et sucre permettra de financer des campagnes d'éducation sur les régimes alimentaires sains, notamment en faveur des fruits et légumes, a argumenté l'expert de l'ONU.

Il cite en exemple l'introduction récente au Danemark, en Finlande, en France et en Hongrie de taxes sur les aliments et boissons à teneur élevée en graisses, sucres et sel. "Les études montrent qu'une taxe de 10% sur les sodas, ayant des effets négatifs considérables sur la santé, pourrait entraîner une baisse de 8 à 10% des achats de ces boissons", peut-on lire dans son rapport.

Olivier De Schutter a aussi proposé aux Etats d'adopter un plan pour remplacer intégralement les acides gras trans par des matières grasses polyinsaturées. De manière générale, a-t-il souligné, "les régimes alimentaires actuels présentent de graves dysfonctionnements" et "il faut d'urgence changer d'orientation".

ATS