Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'un millier de personnes étaient présentes vendredi après-midi au cimetière d'Athènes pour un dernier adieu au grand cinéaste grec Théo Angelopoulos. Beaucoup provenaient des milieux du spectacle et de la politique, comme le ministre de la Culture, Pavlos Géroulanos.

Les obsèques du cinéaste ont été retransmises en direct par la télévision publique Net et se sont déroulées selon le rituel de l'Eglise orthodoxe. Le cercueil était couvert d'une couronne de roses, ainsi que des nombreux prix remportés au cours de ses quarante ans de carrière.

Lauréat de la Palme d'or du Festival de Cannes pour "L'Eternité et un jour" et du Lion d'or, à la Mostra de Venise en 1980 pour "Alexandre le grand", Théo Angelopoulos a fait émerger un "nouveau cinéma grec" dans les années 1970, influencé par la nouvelle vague du cinéma français de l'époque.

"Un grand vide"

Créateur d'une quinzaine de longs métrages, s'inscrivant dans l'histoire récente de la Grèce, Théo Angelopoulos a traité de l'occupation nazie, de la guerre civile ou encore de la dictature des colonels. Il a également marqué l'histoire du cinéma par ses plans lents et mélancoliques, tournés pour la plupart sur fond de paysages hivernaux, gris et pluvieux.

"Angelopoulos laisse un grand vide, alors qu'il était à la recherche d'un avenir pour la Grèce", a déploré le directeur de l'association des réalisateurs, Harris Papadopoulos à l'issue de la cérémonie religieuse. Hélène Gérassimidou, l'actrice de "l'Eternité et un jour", a de son côté salué "le poète du temps et de l'histoire".

Théo Angelopoulos est décédé mardi soir à l'âge de 76 ans, d'une hémorragie interne dans un hôpital à Athènes. Il a été admis après avoir été renversé par un motard dans une banlieue de la capitale, alors qu'il tournait son dernier film "L'autre mer".

ATS