Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre chinois de la Sécurité publique Meng Jianzhu s'est rendu au monastère tibétain de Kirti, a rapporté samedi le site Internet du ministère. Cette visite fait suite à une série d'immolations de moines dans les régions tibétaines de la province du Sichuan.

En discussion avec le comité de gestion du monastère, le ministre a souligné "l'importante contribution historique du bouddhisme tibétain à l'unité de l'Etat et à la solidarité entre les ethnies". Il a dit aussi souhaiter que les moines "continuent à oeuvrer pour la promotion de l'enseignement patriotique et religieux, pour la solidarité entre ethnies, le développement économique et le progrès social".

Selon les ONG, les récents suicides publics des moines illustrent le désespoir face à la répression religieuse et culturelle menée par Pékin dans les régions tibétaines. Depuis le suicide par le feu en mars d'un jeune bonze du monastère de Kirti, dix moines et nonnes bouddhistes ont suivi son exemple, dont au moins sept sont décédés.

Tournée d'inspection

Le ministre de la Sécurité publique s'est rendu à Kirti dans le cadre d'une tournée d'inspection du 26 au 30 novembre dans la province du Sichuan. Il a rencontré des soldats, des policiers anti-émeute et d'autres forces de maintien de l'ordre.

L'organisation "Free Tibet", basée à Londres, a diffusé samedi des photos de Tibétains arrêtés par les forces de l'ordre chinoises avec une pancarte au cou indiquant les crimes dont ils sont accusés, "séparatisme" ou "rassemblement pour attaquer des institutions étatiques".

Ni la date, ni le lieu exact de ces clichés n'ont pu être établis avec certitude, mais selon le site dissident chinois Boxun.com qui les a postés vendredi, ils ont été pris dans les préfectures autonomes tibétaines de Gandze (Ganzi en chinois) et de Ngaba (Aba en chinois) de la province du Sichuan.

ATS