Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Etat islamique fait un large usage des réseaux sociaux. Le père d'une femme tuée dans les attentats de Paris en novembre 2015 avait porté plainte contre Twitter, Facebook et Google pour "soutien matériel" aux extrémistes (image symbolique).

KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN

(sda-ats)

Les hashtags liés aux mots qui dans diverses langues signifient Etat islamique (EI) ou califat ont servi de base à des chercheurs de l'Université de Miami pour créer un modèle mathématique. Il permet de suivre sur Internet les groupes de sympathisants.

Les physiciens sont ainsi parvenus à individuer sur les réseaux sociaux les agrégats de sympathisants de l'EI sur la base des éléments caractérisant leurs comportements de groupe, selon ces travaux publiés dans la revue Science. Le but est d'utiliser ces informations pour prévenir des attentats terroristes.

"Notre découverte suggère qu'au lieu d'analyser les activités de millions d'individus, il est possible de concentrer l'attention sur quelques centaines d'agrégats", écrivent les chercheurs, dirigés par le physicien Neil Johnson.

Le modèle est en mesure de suivre l'activité des groupes dans chacun de leurs déplacements sur la toile. Même si quelques-uns sont fermés en réponse à des pressions, d'autres se forment sous de nouveaux noms.

A ce propos, les scientifiques doutent des estimations faisant état d'un déclin du matériel pro-EI sur Internet depuis l'été 2015. Il est possible selon eux que la naissance de nouveaux agrégats n'ait pas été détectée.

Grande uniformité

Les chercheurs ont analysé les messages échangés sur le réseau social russe VKontakte (350 millions de comptes), un des plus diffusés en Europe. "Si sur Facebook, les groupes pro-EI sont fermés presque immédiatement, ce n'est pas le cas sur VKontakte", observent les scientifiques.

Les auteurs de l'étude ont identifié 196 de ces groupes et en ont suivi l'historique. Bien que réunissant des personnes qui probablement ne se sont jamais rencontrées, ils affichent une grande uniformité, au point de former des groupes consistants, beaucoup plus durables et compacts que d'autres types des groupes nés en ligne, comme ceux exerçant des formes de protestations civiques, par exemple.

ATS