Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une personne a été tuée mercredi à Bamako dans des heurts entre les forces de l'ordre et des jeunes. Ces derniers protestaient contre l'arrestation d'un chroniqueur radio contestataire.

KEYSTONE/AP/BABA AHMED

(sda-ats)

Une personne a été tuée mercredi à Bamako dans des heurts entre les forces de l'ordre et des jeunes. Ces derniers protestaient contre l'arrestation d'un chroniqueur radio contestataire.

Les heurts ont éclaté dans la matinée devant le tribunal où comparaissait l'animateur Mohamed Youssouf Bathily, dit Ras Bath, arrêté lundi soir, selon des correspondants de l'AFP et des témoins.

La manifestation a rapidement dégénéré. "Les forces de sécurité ont recouru à des gaz lacrymogènes et des tirs de balles qui ont occasionné au moins un mort, plusieurs blessés, tant du côté des manifestants que du côté des forces de sécurité, et des dégâts matériels", déplorent trois mouvements maliens de défense des droits de l'homme.

Le dernier bilan en fin d'après-midi, alors que les manifestants s'étaient dispersés, s'élevait à un mort et onze blessés, dont deux grièvement touchés, selon des sources à l'hôpital Gabriel Touré. Deux véhicules des forces de l'ordre ont été brûlés, selon des sources de sécurité.

"Nos organisations condamnent l'utilisation excessive des armes létales dans le maintien de l'ordre et appellent les autorités à identifier les responsabilités et à les sanctionner le cas échéant", indiquent l'Association malienne des droits de l'homme, la Commission Nationale des droits de l'homme et Femmes, Droits, Développement en Afrique, dans un communiqué commun.

Outrage aux bonnes moeurs

Animateur d'émissions souvent polémiques, Mohamed Youssouf Bathily s'en était pris ces derniers jours à l'armée malienne, qui a subi récemment de lourdes pertes dans des attaques djihadistes, et au président Ibrahim Boubacar Keïta, taxé d'incapacité à diriger l'armée. A la suite de ces dernières émissions, il a été arrêté lundi et poursuivi pour outrage aux bonnes moeurs.

Sur les réseaux sociaux, il avait appelé ses nombreux partisans à venir lui manifester leur soutien au tribunal de grande instance mercredi. Il donnait rendez-vous à la "jeunesse responsable du Mali" au tribunal pour défendre la liberté d'expression et "envoyer un message fort", tout en appelant à le faire dans le calme.

Audition reportée

Son audition n'a pu se tenir, le personnel ayant vidé les lieux à cause de la présence massive des manifestants. Elle a été reportée à une date ultérieure, a-t-on appris de source judiciaire.

Le jeune homme, qui est par ailleurs le fils du ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières Mohamed Ali Bathily, s'est également signalé par des chroniques au vitriol contre le chef du gouvernement Modibo Keïta et d'autres cadres de l'administration.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS