Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une personne décède tous les trois jours en Suisse en raison de la pénurie d'organes, a indiqué samedi Swisstransplant. Un millier de noms figurent sur la liste d'attente des receveurs de rein, foie, coeur ou poumon, notamment.

La Suisse fait figure de mauvais élève en matière de dons d'organes en comparaison internationale. A l'échelle européenne, elle arrive clairement en queue de peloton, écrit la fondation suisse pour le don et la transplantation d'organes.

Aucune amélioration

"Cinq ans après l'entrée en vigueur de la loi sur la transplantation et la création d'un système national d'attribution, nous ne constatons malheureusement aucune amélioration de nombre de donneurs", regrette le directeur de Swisstransplant, Franz Immer. La Suisse dispose pourtant d'un système sûr et tout abus est quasi impossible, assure-t-il.

Selon un sondage mené par Swisstransplant, trois quarts des personnes interrogées ont déjà réfléchi au don d'organes, mais seul un quart possèdent une carte de donneur. Samedi prochain, les hôpitaux et d'autres sites dans tout le pays accueilleront, à l'occasion de la journée nationale du don d'organe, des stands d'information, où des cartes de donneurs seront distribuées.

L'état de santé est un facteur essentiel et non l'âge, rappelle Swisstransplant. Le donneur d'organes le plus âgé de Suisse avait 88 ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS