Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un pédophile conteste son internement en Valais

Un pédophile récidiviste conteste son internement en Valais devant le Tribunal cantonal. Condamné à 11 ans de prison pour actes sexuels avec des enfants, il demande sa libération, estimant que la procédure conduisant à son internement a été menée en contradiction avec le droit suisse (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ

(sda-ats)

Un pédophile récidiviste a contesté mardi devant le tribunal cantonal valaisan la mesure d'internement prononcée à son encontre. Il estime la procédure juridique incorrecte et réclame sa libération.

L'avocat de l'individu a critiqué et contesté la procédure valaisanne. Il l'estime contraire à la législation fédérale. Il a réclamé que son client soit libéré, à tout le moins que le dossier soit renvoyé à l'instance précédente pour correction.

Le tribunal valaisan de l'application des peines et mesures (Tapem) n'a pas travaillé correctement, a estimé l'avocat. Il aurait dû d'abord se prononcer sur la mesure thérapeutique stationnaire à laquelle son client était soumis, décision sur laquelle le pédophile aurait eu une voie de recours jusqu'au Tribunal fédéral.

Mélange de procédures

C'est suite à cette procédure que peut intervenir une décision d'internement. Or, le Tapem a mélangé les deux procédures. L'avocat a d'ores et déjà menacé d'un recours au TF si la cour cantonale ne va pas dans son sens. "N'attendez pas que Lausanne corrige votre jugement", a-t-il lancé à la cour.

En début d'audience, la cour a entendu un expert en psychiatrie forensique qui avait établi l'une des expertises du pédophile. Il a estimé que l'individu n'était que difficilement curable. Le danger de récidive en cas de libération est très important. Une thérapie hormonale n'aurait que peu d'effet, a estimé l'expert.

Le Tapem avait suivi ces expertises concluant à l'échec de la thérapie stationnaire. Face à une perspective de récidive, le tribunal avait ordonné l'internement, contre lequel le pédophile a déposé plainte.

Récidiviste

L'homme avait été condamné en juillet 2011 à 13 ans de prison, ramené à 11 ans et huit mois en appel. Il a été reconnu coupable d'actes d'ordre sexuel avec des enfants, de contraintes sexuelles et de viol. Il s'en était pris notamment à des jeunes filles adolescentes au centre sportif de Fiesch (VS) dans les années 1990.

En 2000, il avait agressé trois élèves de l'école privée Aiglon Collège à Villars-sur-Ollon (VD). Deux ans auparavant, il avait violé une jeune femme dans le Valais central. Il a finalement été arrêté en 2007 à Soleure après avoir blessé un homme dont il traquait la fille.

L'individu n'en était pas à ses premiers méfaits. En 1979, il était condamné à dix ans de prison dans le canton d'Argovie pour des faits similaires commis dès 1977. Il a pénétré dans une cinquantaine de maisons pour s'en prendre à des jeunes filles, commettant au moins cinq viols. Comme à Fiesch, il droguait ses victimes avec un produit similaire au chloroforme.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.