Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un parlementaire japonais a bu un verre d'eau venant de l'intérieur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Il a souhaité prouver l'efficacité du système de décontamination radioactive.

Les télévisions ont montré le député, visiblement nerveux, en train d'avaler cette eau qui avait été préalablement filtrée.

L'homme politique, qui occupe un poste de secrétaire au sein du gouvernement, a décidé de se livrer à cette démonstration après avoir été harcelé de questions de journalistes qui lui demandaient de "prouver" que la zone autour de Fukushima Daiichi était sûre.

"Le simple fait de boire (cette eau décontaminée) ne signifie pas que la sûreté est confirmée, j'en suis conscient", a-t-il dit. "Le meilleur moyen est de fournir des données au public", a-t-il ajouté.

Environs du site contaminés

L'eau prélevée à l'intérieur des bâtiments des réacteurs et des turbines qui ont été inondés par les milliers de tonnes d'eau déversées pour refroidir le combustible nucléaire est traitée sur place dans une usine de décontamination et est ensuite réinjectée dans les circuits de refroidissement. Elle n'est pas destinée à être bue.

Les rejets radioactifs qui ont été expulsés de la centrale dans les jours qui ont suivi le séisme et le tsunami du 11 mars ont contaminé les environs du site.

Près de huit mois après la catastrophe, des dizaines de milliers de personnes ne peuvent toujours pas réintégrer leur domicile dans un rayon de 20 kilomètres autour de Fukushima Daiichi. La décontamination de la région devrait prendre plusieurs décennies.

ATS