Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La pêche dans le lac Léman s'est maintenue à un très bon niveau en 2010, avec 991 tonnes de poissons capturés. Ce résultat est légèrement inférieur à celui enregistré en 2009, une année qui avait été considérée comme exceptionnelle, indique vendredi la Commission consultative internationale pour la pêche dans le Léman.

Les féras et les perches demeurent les espèces les plus pêchées. Avec 542 tonnes, les captures de féras l'an dernier ont même représentées le plus gros tonnage jamais enregistré pour ce poisson dans toute l'histoire de la pêche du Léman. En 2010, 335 tonnes de perches ont été attrapées.

Pour les salmonidés, les quantités remontées des eaux du Léman sont bien moindres. Si en 2009, les captures d'ombles chevalier avaient enregistré une embellie avec 24 tonnes, l'année 2010 se situe à un niveau bas, avec près de 15 tonnes, relève la commission. Les captures de truites diminuent légèrement, totalisant 11,5 tonnes.

Permis en hausse

Le brochet, en revanche, ne manque pas dans le Léman. Avec plus de 48 tonnes, les prises de ce poisson sont revenues l'an dernier au niveau de 2008, qui avait été une année record. La pression sur le brochet doit être maintenue pour limiter l'impact de ce grand prédateur sur les autres espèces, note la commission.

Le nombre de permis de pêche pour le Léman a augmenté d'environ 2% l'an dernier. Les professionnels disposaient de 149 permis au total, alors que 8030 permis ont été délivrés chez les amateurs. En 2010, la pêche professionnelle a retiré des eaux du Léman 912 tonnes de poissons toutes espèces confondues.

ATS