Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le policier a été "libéré de ses obligations de venir travailler" en raison de photos suspectées d'être racistes, antisémites ou discriminatoires sur un groupe (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Un policier genevois, syndicaliste de la gendarmerie, a été suspendu de manière provisoire. Il est suspecté d'avoir relayé une vingtaine de photos racistes, antisémites ou discriminatoires envers les handicapés sur une application de messagerie.

Cette personne a été "libérée de ses obligations de venir travailler", ont indiqué samedi à l'ats des sources convergentes, confirmant une information de la Tribune de Genève. Un policier extérieur au groupe sur lequel ont été partagées des centaines d'images a dénoncé ces actes en février dernier après les avoir appris.

La dimension de cette affaire serait encore "loin" d'être établie, relève une source proche du dossier. Entendu par l'Inspection générale des services (IGS), le prévenu devra s'expliquer à la fin de l'été devant le Ministère publi genevois, a précisé son avocat Robert Assaël.

Le policier "regrette"

Cité par la Tribune de Genève, celui-ci souligne que son client n'a fait que relayer les images, "sans faire le moindre commentaire". "Avec les réseaux sociaux, tout un chacun reçoit régulièrement, sans les avoir sollicitées, des photos, parfois de bas niveau", ajoute-t-il.

"Cette affaire pose la question de la limite de ces réseaux sociaux", a-t-il dit à l'ats. Selon lui, le policier "regrette" d'avoir relayé ces photos et "d'avoir pu heurter certaines sensibilités. C'était d’autant moins son intention qu’il n'est ni raciste ni antisémite".

Me Assaël "conteste la réalisation d'une infraction pénale" en l'absence de tout commentaire sur ces photos. Les membres de ce groupe privé et fermé "n'ont jamais dit à mon client être dérangés par ces images, diffusées pourtant sur une période relativement longue", explique-t-il également. Si de tels messages de réprobation avaient été lancés, "nul doute que l'IGS les aurait versés au dossier", estime encore l'avocat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS