Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un ponton flottant de 20 mètres de long s'est échoué sur une plage du nord-ouest des Etats-Unis, après avoir dérivé pendant 15 mois dans l'océan Pacifique à la suite du tsunami qui a frappé le Japon en mars 2011. Les tests de radiation ont été jugés négatifs.

Le ponton, fait de métal et de ciment, avait été repéré lundi face aux côtes de l'Oregon. Les autorités locales ont précisé qu'il s'était échoué sur une plage à quelque 160 km au sud-ouest de la ville de Portland.

"Quatre pontons flottants ont été emportés lors du tsunami. Celui-ci en fait partie", a indiqué le consul général adjoint du consulat du Japon à Portland. Des responsables japonais ont précisé que le ponton venait du port de Misawa, dans le nord de l'île.

Des millions de tonnes de débris

Le consul a ajouté que son propriétaire ne souhaitait pas le récupérer et qu'il supposait que les autorités locales allaient s'en débarrasser. Il pourrait soit être découpé en morceaux sur place soit être renvoyé à la mer.

Selon les estimations du Japon, 1,5 million de tonnes de débris pourraient toujours flotter sur les mers. Les experts parlent, eux, d'un rejet de 5 à 20 millions de tonnes de débris.

Nombre de morts ramené à 18'879

Le nombre de morts et disparus du séisme et du tsunami du 11 mars au Japon a été ramené à 18'879 à la date du 6 juin, selon les services de police japonais. Dans les premiers mois suivant le drame, le total des victimes était évalué à plus de 25'000.

Le rapprochement de restes d'individus et de noms a progressivement permis d'éliminer des doublons, lorsqu'un corps anonyme est identifié comme étant celui d'une personne déclarée disparue.

Pour le moment, 15'861 personnes décédées ont été comptabilisées mais 3018 sont encore portées disparues. Parallèlement, plusieurs centaines de dépouilles demeurent anonymes dans des morgues, dans des états qui permettent difficilement une reconnaissance.

ATS