Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un présumé tueur en série américain inculpé pour meurtre

Agé de 72 ans, Joseph James DeAngelo est au total soupçonné d'être l'auteur de 12 meurtres, une cinquantaine de viols dont certains accompagnés d'actes sadiques, et d'environ 120 cambriolages.

KEYSTONE/AP The Sacramento Bee/RANDY PENCH

(sda-ats)

Joseph DeAngelo est suspecté d'être le "Tueur du Golden State" qui a terrorisé la Californie dans les années 1970 et 80. Il a été officiellement inculpé vendredi pour meurtres avec circonstances aggravantes.

L'homme de 72 ans a été interpellé mardi à son domicile de Citrus Heights et placé en détention dans la prison du comté de Sacramento. Il était présent vendredi au tribunal en combinaison orange, menotté à un fauteuil roulant, l'air somnolent.

Le juge lui a lu les chefs d'accusation liés aux meurtres en 1978 de Katie et Brian Maggiore à Rancho Cordova, près de la capitale californienne, dans le nord de l'Etat. "Avez-vous un avocat M. DeAngelo, pouvez-vous vous en payer un ou souhaitez-vous un avocat commis d'office?", a demandé le magistrat.

L'accusé a d'abord répondu d'une voix inintelligible, le juge lui demandant s'il n'avait pas compris la question. DeAngelo a alors articulé: "j'ai un avocat", acquiesçant quand le magistrat lui a demandé s'il s'agissait d'une avocate commise d'office. La prochaine audience est fixée au 14 mai.

Quarante ans plus tard

Joseph James DeAngelo fait également l'objet de six autres chefs d'accusation pour meurtre dans les comtés d'Orange et Ventura, dans le sud de la Californie. Il est au total soupçonné d'être l'auteur de 12 meurtres, une cinquantaine de viols dont certains accompagnés d'actes sadiques, et d'environ 120 cambriolages.

Après avoir échappé aux autorités pendant plus de quarante ans, il a été retrouvé en l'espace de quelques jours grâce à des échantillons d'ADN que les enquêteurs ont croisés avec des profils figurant dans la base de données d'un site de généalogie, GEDmatch.

La société a averti ses clients dans un communiqué que bien que son site soit consacré aux recherches généalogiques, leur ADN pouvait être utilisé pour "identifier des proches ayant commis des crimes ou en ayant été victimes", et qu'ils devraient effacer leur profil s'ils avaient des inquiétudes.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.