Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Japon vient de créer un prix des toilettes, présenté par le gouvernement comme la récompense de l'importante contribution au progrès de la condition féminine qu'apportent des commodités irréprochables. Il est toutefois ridiculisé par les internautes.

Des fonctionnaires ont dû éplucher près de 400 candidatures de tout l'archipel avant d'élire une vingtaine de municipalités et d'entreprises qui ont su se distinguer des autres par la propreté, la sécurité et le confort de leurs lieux d'aisances.

La qualité des toilettes publiques et une hygiène sans faille sont un élément-clé du progrès social, a expliqué la ministre de la condition féminine, Haruko Arimura.

"Des toilettes agréables amélioreront la qualité de la vie quotidienne et encourageront la promotion des femmes", a assuré la ministre à l'occasion de la cérémonie de remise des trophées à la fin de la semaine dernière.

"Abenomics"

Parmi les gagnants, figurent des sociétés ayant créé des toilettes de fortune sûres pour femmes et enfants après le désastre provoqué par le violent tremblement de terre de mars 2011 et le tsunami qui a suivi, mais aussi les toilettes impeccables de l'aéroport Haneda de Tokyo ainsi que les organisateurs d'un festival dont le thème était les toilettes.

D'autres ont été primés pour avoir rendu les WC plus attrayants pour la gent féminine en y aménageant des espaces d'allaitement et en réduisant le temps d'attente.

Le premier ministre conservateur Shinzo Abe a fait de la promotion des femmes un pilier de sa stratégie de relance, baptisée "abenomics". Le Japon a un des taux d'emploi des femmes les plus bas du monde développé et nombre d'économistes appellent à l'emploi féminin pour enrayer le déclin de la main-d'oeuvre et encourager la croissance dans ce pays vieillissant.

ATS