Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a condamné un proxénète soleurois à quatre ans et demi de prison. Il a été reconnu coupable de traite d'êtres humains et d'encouragement à la prostitution.

Propriétaire de lupanars, ce proxénète avait fait venir en Suisse de jeunes Brésiliennes. Arrivées en Suisse, elles apprenaient qu'elles devaient travailler pour rembourser leurs frais de voyage.

Les quatre autres accusés ont été condamnés à des peines assorties du sursis. Une ressortissante du Cap Vert et deux Brésiliennes, qui travaillaient comme maquerelles, ont écopé de 22, 18 et 15 mois de prison avec sursis.

Ami du principal accusé, un Suisse de 63 ans a été condamné à 60 jours-amende avec sursis. Il a été blanchi de l'accusation de traite d'êtres humains mais a été condamné pour son implication dans une affaire bénigne de blanchiment d'argent.

Agé de 60 ans, le principal accusé a en outre été condamné pour infractions à la loi sur les stupéfiants et à la loi sur le séjour et l'établissement des étrangers et blanchiment.

Avec l'accusée ressortissante du Cap Vert, il devra payer à neuf femmes des dommages et intérêts pouvant aller jusqu'à 33'000 francs et des indemnités pour tort moral pouvant atteindre 12'000 francs.

ATS