Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse a enregistré moins de demandes d'asiles au deuxième trimestre 2016 (image symbolique).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

D'avril à fin juin, la Suisse a enregistré 5962 demandes d'asile, soit un bon quart de moins par rapport au premier trimestre 2016. Mais la tendance est repartie à la hausse avec l'arrivée des beaux jours. Pour la suite de l'année, la situation reste imprévisible.

En comparaison avec le deuxième trimestre 2015, le nombre de demandes est aussi en baisse, de 20%, annonce jeudi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Depuis le début de l'année, la baisse des demandes a été continue jusqu'au mois d'avril. La tendance est repartie à la hausse au mois de mai, conformément aux prévisions.

En juin, ce sont 2329 demandes qui ont été enregistrées, soit environ 25% de plus qu'au mois de mai. Mais ce chiffre reste bien en deçà des 3805 demandes déposées en juin 2015. L'augmentation de ces deux derniers mois s'explique par la hausse saisonnière des débarquements en Italie qui a débuté cette année vers la fin du mois de mai, indique le SEM.

Les principaux pays de provenance des requérants ont été l'Erythrée, la Somalie et l'Afghanistan. D'avril à juin, un millier de ressortissants érythréens ont demandé l'asile en Suisse, précise la Confédération. Cela représente une hausse de 56% par rapport au premier trimestre. Cela s'explique par les conditions météo qui ont retardé la venue des Erythréens. Ces derniers arrivent en général par le sud de la péninsule italienne.

Situation incertaine

Au vu des conflits en cours et du contexte migratoire, l'évolution de la situation reste incertaine. Difficile donc d'effectuer des prévisions fiables pour le reste de l'année en cours, souligne le SEM. Il n'est guère possible d'influer sur les différents facteurs intervenant le long des routes migratoires.

Une nouvelle hausse n'est pas à écarter, et les autorités doivent prendre en compte cette éventualité. La planification en matière d'asile dite prévisionnelle définit les tâches entre les cantons, les communes et les départements fédéraux concernés ainsi que la coordination en cas d'urgence.

Centres d'accueil

Dans ce sens, les travaux préparatoires prévoient la mise en place de centres d'accueil dans toute la Suisse, à proximité des frontières, en cas d'afflux extraordinaire.

Ces centres ne sont pas nécessaires actuellement. Ils seront activés si besoin est. Les requérants qui y entreraient seraient enregistrés et soumis à un contrôle de sécurité et de santé. Ils y séjourneraient pendant une durée maximale de 36 heures. Le canton de Schaffhouse abrite désormais un tel centre.

Relocalisation

Durant le deuxième trimestre, la Suisse a en outre accueilli 231 réfugiés dans le cadre du programme de réinstallation du HCR. Dans ce groupe, 207 étaient des réfugiés syriens en provenance du Liban et 24 des Irakiens ou des Palestiniens d'Irak dont la sécurité était sérieusement menacée, indique le SEM.

Les 34 premières personnes dont la Suisse doit assurer la protection dans le cadre du programme de relocalisation l'UE sont, elles, arrivées en provenance d'Italie au mois de mai. Le Conseil fédéral avait décidé l'an dernier de participer à ce programme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS