Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sans se prononcer en faveur d'Hillary Clinton, USA Today invite les électeurs américains à tout faire pour barrer la route à Donald Trump. "Quoi que vous fassiez, résistez au chant de sirène d'un dangereux démagogue", conclut le journal (archives).

KEYSTONE/AP/Chuck Burton

(sda-ats)

Le quotidien conservateur Arizona Republic a reçu des menaces et subit une vague d'annulations d'abonnement, a indiqué jeudi l'un de ses responsables. En cause, son soutien à la démocrate Hillary Clinton dans sa course à la Maison Blanche.

L'Arizona Republic, dont le siège se trouve à Phoenix (sud-ouest des Etats-Unis), a annoncé dans un éditorial mardi avoir opté pour la candidature démocrate. Une première depuis sa fondation en 1890.

Le quotidien considère que le républicain Donald Trump ne représentait pas les valeurs conservatrices et n'était pas qualifié pour être président. Le conseil éditorial du journal a jugé que si Mme Clinton n'était pas sans défaut, elle était de loin un "choix meilleur".

Choix responsable

A peine cette déclaration de soutien publiée, des lecteurs en colère ont inondé la rédaction d'emails furieux, beaucoup résiliant même leur abonnement, a expliqué Phil Boas, responsable des éditos. Il a aussi précisé que le journal avait reçu des menaces par téléphone, y compris une menace de mort, mais sans donner de détails.

Il a toutefois assuré que les dirigeants de l'Arizona Republic ne regrettaient rien. "Nous savons que c'est un choix et une décision responsables", a-t-il confié. Selon lui, les lecteurs réguliers des éditos du quotidien n'ont sans doute pas été surpris par le soutien à Hillary Clinton.

"Il y a environ un an, nous avons commencé à prendre des positions" très critiques au sujet du magnat de l'immobilier en raison de son comportement pendant la campagne, "qui nous a semblé autoritaire". "Nous avons commencé à avertir (...) du fait que ce que dit cet homme est dangereux", a poursuivi M. Boas.

D'autres aussi

D'autres quotidiens à tendance républicaine ont également refusé d'appeler à voter Trump et opté pour sa rivale. C'est notamment le cas du Cincinnati Enquirer dans l'Ohio (nord) qui, après près d'un siècle de soutien aux républicains, a écrit la semaine dernière que "Trump est un danger clair et présent pour notre pays".

Le Dallas Morning News a lui aussi rompu avec une tradition de 75 ans pour appeler à voter Clinton, la décrivant comme "la seule candidate sérieuse". Ces deux journaux ont également fait l'objet d'annulations d'abonnement en série.

Résister au "chant de sirène"

Par ailleurs, le quotidien américain USA Today a pris pour la première fois en 34 années d'existence position dans une course à la Maison Blanche, expliquant que le profil du candidat républicain l'y oblige aujourd'hui. Dans un texte en forme de réquisitoire publié jeudi sur son site internet, son comité éditorial juge ainsi Donald Trump inapte à présider les Etats-Unis.

Donald Trump, écrit le comité éditorial, "a démontré de manière répétée qu'il n'avait ni le tempérament, ni le savoir, ni la constance ni l'honnêteté" pour devenir président des Etats-Unis.

USA Today ne se prononce pas pour autant en faveur de la démocrate Hillary Clinton, comme l'a fait le New York Times il y a six jours. Il invite toutefois les électeurs américains à tout faire pour barrer la route au magnat de l'immobilier. "Quoi que vous fassiez, résistez au chant de sirène d'un dangereux démagogue", conclut le journal.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS