Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice américaine a annoncé jeudi le démantèlement d'un vaste réseau international de blanchiment d'argent lié au cartel de la drogue du Mexicain Joaquin "El Chapo" Guzman. L'homme envoyait des millions de dollars en Colombie via des entreprises de Miami.

Vingt-deux personnes, aux Etats-Unis ainsi qu'en Colombie et d'autres pays, ont été inculpées dans le cadre de cette enquête. L'opération, qui a duré deux ans, avait été surnommée "opération Neymar", car l'un des suspects utilisait le nom du célèbre footballeur brésilien comme pseudonyme.

Le réseau était vaste. Ses opérations s'étendaient sur dix-sept pays, en particulier en Amérique latine (Colombie, Mexique, Guatemala, Venezuela) et en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada), mais aussi en Europe (Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni), en Asie (Chine) et en Australie.

L'argent blanchi "provenait de quatorze Etats aux Etats-Unis", a relevé la procureure fédérale du comté de Miami-Dade. "Ces transactions ont été effectuées pour le compte du cartel de Sinaloa et des successeurs du cartel de Cali", a-t-elle poursuivi.

Un million blanchi par mois

Les suspects sont notamment accusés d'avoir blanchi des millions de dollars de la vente de cocaïne, a précisé le Miami Herald, relevant que le réseau aurait blanchi jusqu'à un million de dollars par mois.

Selon le journal local, ce réseau est lié à Juan Manuel Alvarez Inzunza, alias "le roi Midas", qui a été capturé fin mars au Mexique pour avoir été le principal opérateur du cartel de Sinaloa, dirigé par "El Chapo" Guzman, actuellement en prison.

Les autorités ont identifié onze entreprises aux Etats-Unis ayant participé à ce "marché noir de pesos colombiens".

"Les narcotrafiquants payaient des commerces légitimes en dollars pour qu'ils envoient des biens en Colombie", a expliqué la procureure. "En Colombie, un commerçant légitime payait (ces biens) en pesos à des membres du réseau illicite. (...) Grâce à ces transactions, l'argent devenait propre".

ATS